Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

lundi, 17 janvier 2011

Tais-toi et marche !

sac.jpgC’est Darcy, hier, qui m’a donné une salle idée de billet. Plus précisément, c’est le commentaire que j’ai posé sur un autre billet (pinaise, ça c’est du coup de pub, je boude plus, hein !)

les destinations à la mode

J’y parlais des cons nés quelque part qui partent autre part, parfois, se dorer la pilule en pédalo dans des pays dont ils n’avaient que faire quelques années plus tôt. Plus précisément, eux qui partent en vacances en Croatie ou au Monténégro, serrés comme des sardines, entre gens bien blancs qui paient trois fois le prix pour tout, détruisent le peu de traditions qui restaient.

Je ne ressens que mépris pour ceux qui traitaient comme des sous-machin, des peuples à l’époque où ils étaient en guerre, où ils souffraient de la famine, où ils auraient eu besoin d’aide.

Je n’ai aucun respect pour eux

Aujourd’hui, ils s’intéressent à un pays parce que c’est la destination à la mode, que c’est pas cher et que ça doit être bien parce que tout le monde y va… avec les mêmes bus, les mêmes guides. Attention, des fois qu’on se ferait mordre par un local ! Puis j’ai cogité et je me dis que c’est peut être de notre faute, à nous, les backpackers.

La responsabilités des backpackers

Via couchsurfing, j’ai reçu un gamin de 20 ans qui a traversé la Mongolie à cheval, des mecs qui sont passé par l’Afghanistan, l’Iran, le Yémen. De mon côté, j’ai dormi dans des villages laotiens où ils n’avaient jamais vu un blanc, chanté, mangé des bananes offertes par des gens dans des bus locaux, porté des costumes traditionnels, marché, roulé, rigolé, le pouce en l’air parfois, pris des gamelles en vélo dans la terre. Mais toi qui lit depuis longtemps, tu le sais. Toi qui est un nouveau lecteur, va kiffer les archives !

 

sacados.jpg

 

Nous, backpackers, nous cherchons justement ces places sans cons, ces lieux encore intacts, ces gens vrais, ces instants magiques. Et on s’éclate.

Puis on en parle autour de nous

Puis on en parle sur Internet

Puis on donne envie à d’autres backpackers qui eux-mêmes donneront envie à d’autres backpackers et ainsi de suite jusqu’à ce qu’au bout d’un an ouvre une guesthouse, de deux ans un cyber, de trois ans le premier hôtel avec restaurant… et que cette terre soit de nouveau polluée par ces aventuriers en mousse des bus climatisés. Loin, loin dans le temps. Cinq ans à peu près. Pas si loin, en fait.

Ceux que l’on fuit marchent sur nos pas

Alors, les amis, profitons de ces décors magiques, profitons de ces visages, profitons de ces moments que nous offrent l’Humain et le hasard. Demain, ils viendront avec leur bétonneuses. Nous seront déjà partis loin de cette responsabilité que nous avons dans les dégâts causés sur le terrain par les bus, le tourisme de masse, les cons.

Et pendant que des gens seront privés de l’accès au bord de l’eau parce qu’il appartiendra au bitch beatch resort, et qu'ils seront obligés d'acheter des bouteilles qui pollueront leurs terres, nous nous rappèlerons combien la nature était belle et comment se laver à la rivière avec les gosses du village était plaisant.

Ceux que l’on fuit marchent sur nos pas.

Alors vivez, mangez cette route, ces rencontres, ces paysages et cette joie à pleines dents, ça vous évitera de parler. Non, on ne parle pas la bouche pleine. Alors vis dans ton sac à dos et tais-toi.

Surtout, tais-toi et marche.

unicef.jpg

mercredi, 05 janvier 2011

branché ?

Le conseil pas du tout écolo du jour, pour toi, voyageur, ce sont les piles !

Quand tu prépares sympathiquement ton sac de traveller autour du monde, tu t’aperçois que oui, tu dois, en plus de tes petites affaires, te transporter un chargeur pour tes piles rechargeables, des adaptateurs pour toutes les prises du monde parce que tu vas bouger… et tout ça, ça fait lourd.

Sans compter les différents chargeurs pour les différents appareils électriques que tu rapportes comme ton MP3, ton téléphone, etc.

Sans compter que tu n’es pas sûr d’avoir accès à l’électricité tous les jours si tu campes sous tente où à la belle étoile.

L’idée géniale pour alléger ton sac à dos, c’est donc de ne transporter QUE des objets électriques indépendants de tout branchement, et donc à piles. Parce que oui, contrairement aux prises électriques que tu as chez toi, des piles, tu en trouveras partout sur ta route !

 

mercredi, 29 décembre 2010

Visas, la galère

On inaugure une nouvelle rubrique. Chaque mercredi, retrouvez les conseils aux voyageurs ou autres petits éclairages sur les trucs et astuces du backpackeur.

Lire la suite

samedi, 30 octobre 2010

aéroports

Je réponds à la question de Doudette.

Même si passer les frontières en bus me fait 10 000 fois plus kiffer que de faire pointer mon passeport dans un aéroport. Il y a un côté magique à la route. Mais les aéroports réservent aussi leur lot de surprises. Commençons par le côté râleur bien français. Je suis d'accord sur les restos à CDG et Orly, quelle misère ! c'est cher, c'est à moitié froid et c'est dégueu. C'est dit !

Lire la suite

jeudi, 14 octobre 2010

La faille spatiotemporelle

Dans la catégorie Vis-ma-vie-d'expat', l'avion !

C'est toujours très sympa de prendre l'avion, il y a des trucs que je ne comprends pas à vrai dire, comment ça vole, ce qu'il se passe dans les airs autour de moi, les nuages. Bon, je viens de m'ingurgiter une bonne partie du Kapital, les traités d'aéronautique attendront ! J'aime regarder par la fenêtre, la verdure d'Asie, le sable du Moyen Orient, les terrains découpés au dessus de la France, les levers et couchers de soleil... Prendre l'avion, c'est tout un cirque, faut presque une heure de route tellement l'aéroport se place loin du Caire. Puis ensuite, il faut attendre, attendre... heureusement, on a accès à la bière !

Attendre jusqu'à... jusqu'à quelle heure d'ailleurs ?

Mon pote Julien prends le même avion que moi pour Paris, joie, on vient juste de s'en apercevoir, sauf qu'il le prend à 12h10 et moi à... 2h10 !... et sur nos billets, il est écrit à 1h10 !

???

On a bien « tchécké » en ligne au même moment, en live en direct au téléphone et tout parce que oui, quand même fallait se rassurer mutuellement, on a le même numéro de vol... les mêmes billets achetés sur le même site Internet. Seulement, en Egypte, on a changé l'heure, il n'y a pas longtemps (oui, madame, on sait faire !),  on ne sait plus à quelle heure est l'avion ! Sur le site d'Air France où j'ai regardé, ils parlent de 2h10, sur checkmytrip, de 1h10...

Mieux vaut arriver plus tôt (et s'enquiller quelques canettes de plus entre amis pour mieux dormir dans l'avion) et être sûrs de ne pas louper notre vol plutôt que l'inverse. Alors à quelle heure il part, ce vol ?

On ne sait toujours pas...

L'heure est la même au Caire qu'à Paris mais on dirait que les aéroports ne se sont pas mis au diapason sur le site d'Air France, le départ est prévu à 2h10 et sur celui de l'aéroport du Caire, il est écrit 1h10... rendez-vous demain très tôt dans la matinée à CDG, lorsque je sortirai de cette faille spatiotemporelle !

jeudi, 22 juillet 2010

Combien ça coute ?

Le petit plus Sete'ici ! c'est reparti ! Direction Safaga !

  

bateau 150 LE la journée avec deux plongées, repas et boissons à volonté, tuba, masque et palmes.
Catamaran, 80 LE
Resto: 1 repas à 35 LE Cocktails : deux pina coladas 40 LE

Hotel 160 LE pour 2 nuits

Essence 40 LE

Ce qui nous fait un week end mémorable, riche en sports et bons moments à... 505 LE, soit 72 euros

mercredi, 21 juillet 2010

direction Safaga

LP7160035.JPGe week-end dernier, j'étais à Safaga avec mes amis Aurélien, Estelle et Jean dont je vous avais déjà parlé. Philippe s'est joint à nous.

Direction la mer rouge, donc, pour barboter loin du bling bling et du béton d'Hourgada et loin de la vie oppressante du Caire.

Ca fait du bien !

Nous sommes arrivés de nuit dans les appartements que nous avons loué, c'était bien sympa et surtout sportif !

J'ai fait des tas de découvertes ! La plongée, tout d'abord. Je dois avouer que l'observation en haute mer, c'est autre chose que dans les trente centimètres d'eau de Dahab. Là, il y avait assez de fond pour plonger, d'amuser et c'était juste assez pour voir les poissons de toutes les couleurs : des verts, des violets, plus ou moins fluos, seuls ou par bancs, cachés dans les coraux... Magique !

J'au aussi vaincu ma peur du vide en plongeant du bateau direction la haute mer, le fond, le vide... chouette chouette !

Nous avons fait deux plongées mémorables.

Le soir, une bonne bouffe, un petit verre au bord de la piscine (oui, je sais, trop dure, la vie !) et hop au lit !

Samedi, direction la plage, l'eau, le sable mais aussi... le vent !

Nous avons loué un catamaran ! Aurélien qui est prof de voile, s'est débrouillé comme un chef pour mener notre embarcation ! Nous avons tous mis la main à la pâte ! Barre, trapèze, cordages... de vrais petits mousses ! On a tous adoré cette sensation de glisse, celle de ne faire qu'un aussi avec le vent, les vagues ; l'éloignement, petit à petit de la plage jusqu'à la haute mer...

A refaire !

J'attends de récupérer les photos de mes amis avant de publier toutes ensemble.

Biensûr, je n'ai pas fait d'images sous l'eau. Pour voir ce que ça donne, je vous laisse aller voir du côté de chez Ninoux http://ninoux17.blogspot.com/2010/07/mes-premieres-bulles... qui a publié de super photos récemment.

A suivre, le petit plus Sete'ici, comprenez, le budget du week end... plein d'activités sportives, des endroits magnifiques pour... 60 euros par tête !

 

P7160052.JPG

dimanche, 13 juin 2010

Combien ça coûte ?

Sete'ici pratique, ça commence aujourd'hui.
En ce qui concerne l'escapade de la semaine dernière, ça donne ça. Attention, nous avons fait budget commun avec Stéphane, les prix sont donc comptabilisés pour deux et non pour une personne. La division par tête sera à la fin.
transports
Bus pour Dahab : 180 livres egyptiennes (LE)
Taxi 15 LE
Francisco (Dahab Ste Catherine) 150 LE
Bus Ste Catherine à Dahab 150 LE
Bus retour le Caire 180 LE
Taxi dahab + Le Caire dernier jour 21 LE
                                                                                 total transports : 696 LE
nourriture - boissons
Petit dej à Dahab 35 LE
Eau Ste Catherine 5 LE
Bières chez Drinkies 21 LE
Gateaux petit dej 41 LE
Café en bord de mer 17 LE
Restaurant Meya Meya 140 LE
Boissons Ste Catherine 11 LE
Petits gateaux 10 LE
repas midi Dahab 61 LE à trois
Resto Meya Meya 130 LE à trois
                                                                                 total nourriture : 471 LE
Logement
1 nuit Hôtel à Ste Catherine - chambre double avec souper monstrueux et petit dej à volonté 330 LE
1 nuit en couchsurfing
2 nuits en bus
Divertissement
Palmes + masques + tubas + boissons à Dahab 32 LE
Plongée au Canyon et Blue Hole, demi journée 150 LE
                                                                                 total divertissement : 182 LE
Total général : 1679 LE soit à peu près 240 euros à deux, soit 120 euros par personne
pour un séjour de 4 jours de balades, sport et repas entre le Sinaï et la mer rouge sans se priver un instant.

dimanche, 02 mai 2010

pas aimé du tout !

guide.gifOui, je suis addict au Lonely Planet... et peut être pas très objective sur ce coup mais je dois dire que partir en Syrie avec ce guide c'est quand même un peu (beaucoup) une mauvaise idée.

Ls plans des villes sont mal fait, il manque la moitié des infos et seuls les restos et hotels sont indiqués. Pour le reste, tu te débrouilles. Idem pour le choix des hôtels, On n'a qu'une dizaine de propositions par ville, uste deux à bas prix... Pas d'horaires de bus ou de train, pas non plus d'idées où sot situées les gares des villes.

EN gros, je vous déconseille fortement d'utiliser ce bouquin pour voyager...

vendredi, 26 février 2010

couchsurfing

Aujourd'hui, c'est direction Minya en Couchsurfing avec une Néerlandaise et deux Egyptiens !

Juste pour la journée, départ à 6h du mat en train...

le couchsurfing, c'est quoi ?

Un papier sur le net

http://tourismeautrement.wordpress.com/2010/02/18/le-couc...

Je vous en avais parlé... quand on reçoit, ça donne quoi ?

http://seteici.midiblogs.com/archive/2009/07/29/couchsurf...

et quand on voyage ?

ben on a parfois mal au dos,

mais on a surtout des gens géniaux plein son carnet d'adresse

genre eux

http://seteici.midiblogs.com/archive/2010/02/07/ismailia....

Le couchsurfing, c'est avant tout une experience humaine basée sur l'échange culturel, le partage, la rencontre de l'autre...

Loin du tourisme de consommation qui nous fait aller d'un point à un autre, un guide à la main.

Ce que j'en retire depuis presque deux ans que je participe au projet CS  ?

La culture n'est pas dans les livres, elle est sur le terrain, elle est dans leurs vies, elles est dans nos rencontres.