Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog


mardi, 22 mai 2012

vive le Web libre !

 

Capture.JPG


Orange se prépare à bloquer quelques milliers de sites Internet chaque jour, apprend-on dans Numerama. Ca veut dire quoi ? Ca veut dire qu’en gros, tu vas avoir un nouvel internet tout restreint avec plein de sites sur lesquels tu ne pourras pas te rendre. C’est le cas actuellement au Soudan et t’en parler, lecteur, me rappelle ma première utilisation d’un VPN, petit outil te permettant de te connecter au page que tu veux voir.

Le problème, c’est que notre chef de l’Etat n’aurait rien à voir avec un dictateur moustachu, genre lui ou lui, qui bloque Internet, voire qui le coupe en pleine révolution, genre lui. Et qu'il est visiblement bien entouré

Et pourtant, ça n’arrive pas qu’aux autres ! Internet, c’est le mal, et c’est Carla Bruni, haute autorité dans le milieu, qui l’a dit. Pour nous laver de toute notre dépravation, nos édiles n’ont pas trouvé mieux que de menacer notre liberté. Même si des solutions existent, leur utilisation ne devrait pas devenir monnaie courante en France, pays des droits de l’Homme d'Amesys et de Delacroix et de l'Hadopi qui va changer. En gros, comment cela va se passer ? Tu taperas une adresse dans ta barre d’URL et le site sera tout simplement inaccessible, comme the pirate bay en Inde.  Pendant ce temps, nous entendons des réponses claires, des prises de position tranchées.

Alors tu vas te dire « mais non, voyons, je ne vais que voir mes mails et chercher des recettes de cuisine sur le Ouaibe, c’est pas grave… » tant pis pour toi si après tout ce temps, tu n’as pas capté qu’Internet est avant tout un lieu d’échange, d’éducation populaire et de partage de culture.

Donc toi, rien ne changera dans ta petite vie.

Enfin si. Orwell, quand tu nous tiens…

Donc un jour, dans quelques années peut-être, tu voudras te rendre sur le site d’un quotidien d’info, problème, il ne sera pas du goût du pouvoir en place : bloqué. Alors tu iras voir l’info en vidéo sur youtube dont certains contenus seront bloqués. Tu voudras te renseigner sur quoi faire auprès de la Quadra, site bloqué. Et pour ce qui est des liens qui te dirigent vers des ouvrages qui te permettent de contourner la censure… laisse tomber, game over. Et quand à savoir qui matera les paquets qui circulent entre l'ordinateur dans ta cuisine et le reste du monde...

Nous, on n'a pas d'argent mais ça fait longtemps qu’on aura pris le maquis du Net. On s’échangera les programmes qui vont bien sur des clés USB dans des cafés, on les fera tourner un peu partout, les pages bloquées seront mirorées sur les serveurs des uns et des autres, de quoi faire s’arracher les cheveux à tout le monde et de quoi assurer la postérité à Streisand très longtemps après sa mort.

Internet c’est nous, c’est toi aussi.

Et si tu veux que cela n’arrive pas, c’est aussi possible suffit de l’empêcher, et pas besoin d’aller à Eixen pour ça. Suffit juste de lire, de s’interroger, de réfléchir à l’avenir que l’on souhaite pour cet Internet français. A-t-on envie d’une façade à la chinoise ? à l’Iranienne ? des petits bouts de Ouaibe autorisés cliquables à volonté pour abrutis prêts à consommer ?

Sans moi, merci.

Et si tu ne dis rien. Le jour où tout cela arrivera, ce sera ta faute.

Le cas échéant, tu peux toujours commencer par là.

lundi, 02 avril 2012

Internet n’existe pas

Du moins, Internet, tel que vous le concevez, n’existe pas. Le terme s’en approchant le plus est probablement « Minitel », en réalité. Ce vénérable et antique réseau était conçu pour donner l’accès à tous à des services (comme les pages jaunes, pour éviter l’exemple du Minitel rose). Et il faut reconnaître que beaucoup de gens utilisent Internet de cette façon : un moyen de se connecter à des services en ligne (réseaux sociaux, courrier électronique, météo…). Mais considérer qu’il s’agit là d’Internet est aussi incorrect que dire que ce qui existe au-delà de sa porte d’entrée est seulement un chemin vers son lieu de travail. Internet, ce n’est pas ça.

Lire la suite

mardi, 14 février 2012

De l'espoir, bordel ! (en réponse @Okhin )

J’ai beaucoup aimé ce billet d’Okhin. (traduction en français ici), non seulement parce que ce garçon n’est pas bête, mais aussi et surtout parce qu’il est touchant. Vraiment. Je le kiffe bien mais… Oui, ce serait trop joli s’il n’y avait pas de mais… Je le kiffe bien, donc, je suis d’accord avec quasi tout, le seul problème pour moi est qu’Okhin oublie (un peu) la vie en collectivité.

Lire la suite

jeudi, 02 février 2012

Actataque

Nous vivons depuis quelques années maintenant, dans une société de partage. On le voit tous les jours. Qu’ils s’agissent des liens et news que l’on échange sur twitter, des vidéos ridicules qui tournent sur facebook et de plein de petites choses qui rythment aujourd’hui notre vie en ligne.

Avant, on échangeait des bouquins, on se prêtait des CD, et ce que nous faisons avec ce patrimoine culturel matériel, nous le faisons aujourd’hui en terme d’immatérialité, en ligne, avec des fichiers, des liens, des playlists, ou simplement, avec l’information.

Nous sommes une société où il est facile aujourd’hui d’aller trouver des cours de guitare en ligne, des tutoriels pour apprendre à rajouter de la ram dans son PC, encre une fois, les gens qui déposent ce savoir, ces contenus en ligne, le font sans but lucratif.

L’accès à la culture enrichit l’être humain en général et m’enrichit, moi, tout court, et c’est déjà pas mal. L’échange et le partage de cette culture, permet le dialogue, l’échange de points de vue. L’accès à la culture c’est donc tout l’inverse de la pensée unique, de la beaufitude, du temps de cerveau libre pour Coca Cola… L’accès à la culture, c’est tout le contraire de la télé-réalité, de tout ce qu’on veut nous vendre à grands renforts d’abrutissement des masses et d’Hadopi.

Et puis Acta.

Acta, c’est caca.

Impossible de télécharger sans se faire saisir sa machine, sans compter que pour gruger, nous utiliserons tous Tor et VPN, engorgeant ainsi les tuyaux, si utiles pour faire passer de l’information venue de pays où il est obligatoire d’utiliser ces logiciels si on veut échapper à la torture. Acta n’est pas qu’en France, c’est pas qu’en Europe non plus, Acta est aussi aux USA, au Japon… dans 39 pays au total.

Tu veux mon avis ?

Acta, ça permet avant tout à certains grosses entreprises, avec la complicité des politiques, de vendre des jolies machines, les mêmes qu’on vend déjà à des pays dictatoriaux… Et tout ça, donc, n’est pour moi qu’une histoire de gros sous. Parce que tous ces pays achèteront ces systèmes, avec l’argent des impôts des peuples. Ca permet aussi d'espioner sans problème des masses non informées que l'on souhaite seulement voir consommer.

J’en remets une couche.

C’est, encore une fois, la liberté qu’il faut défendre. Et c'est à nous de le faire.

vendredi, 27 janvier 2012

Vous avez dit fichage ?

Il y a deux jours, le projet concernant le fichage à partir de l’âge de 15 ans passait en troisième lecture au Sénat.

Lire la suite