Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

jeudi, 17 mai 2012

Lille, une fois…

Ami lecteur, je t’avais déjà parlé de couchsurfing à plusieurs occasions en voyage ou en host, mais voilà un moment qu’on n’était plus revenu dessus.

Lire la suite

lundi, 23 janvier 2012

Reims

_DSC1987.JPGJe viens de passer un petit week end à Reims et ce fut bien sympa.

Je vous laisse apprécier  les photos calées dans l'album des balades en France ici... oui oui, faut faire tout déiler avantd'y arriver.

Bon visionnage, les gens !

vendredi, 20 mai 2011

des fous !

Il y a des fous partout, même à la gare de Sète.

Si, si, ma bonne dame.

En partant à Montpellier m’enchaîner sur la place de la Comédie à l’occasion des 500 jours de détention de deux grands reporters français en Afghanistan, je me suis retrouvée assise sur un quai avec un fêlé.

Lire la suite

jeudi, 19 mai 2011

Once upon a time, Paris...

Ecrire un billet sur Paris dans un Corail qui quitte Marseille avec 40 minutes de retard, c’est plutôt drôle, vous me l’accorderez. Mais il y a quelques choses dont je n’ai pas eu le temps de vous parler et c’est _DSC1250.JPGfichtrement important.

Oui, Marc, plus que le Plus de l’Obs.

En fait quand je suis allée à Paris, c’est parti d’un délire avec Elifsu qui m’hébergeait et « Zeyes » qui avait envie de me croiser, nous avons lancé l’idée d’un apéro gare de Lyon avec quelques twittos.  Nicolas, Thibault et Fabien de Ménilmuche étaient de la partie, « Zeyes » s’étant décommandée suite à un impératif.

Ambiance sympa, foie gras étalé et bonne petite soirée avant de sauter dans mon train. J’ai l’habitude de papoter dans les gares, les stations de bus et les aéroports. On y fait toujours de très drôles de rencontres.

Au moment de prendre mon train, j’ai dit au revoir, presque comme d’hab… mais c’était sans compter sur la magie twitter. Ils m’ont tous accompagnée jusqu’au quai, qui se trouvait à l’autre bout de la gare, Thibault et Nicolas métamorphosés en déménageurs bretons, pousseurs occasionnels de charriot cassé.

Du bon esprit, de la rigolade, donc.

Et j’ai dit au revoir à mes amis, sur le quai.

Ce soir, c’est Kremlin des blogs, sur les terres de mettre Nicolas Dublog. J’y rencontre tout plein de gens à chaque fois que j’y vais, des fichtrement bien, en plus.

Paris Twitter, est magique.

mardi, 17 mai 2011

Pourquoi j'ai aimé Marseille ?

Non, ce n'est pas juste parce que j'ai déjeuné avec Rubin (quoi que...),

Ce n'est pas non plus parce que j'ai mis le spieds dans l'eau au Prophète, ni parce que j'ai kiffé le Panier...

_DSC1245.JPG

Mais parce qu'au détour d'une rue, on trouve des pochoirs sympas... (cliques sur les images pour les agrandir, champion)

_DSC1246.JPG

Le reste des images est à voir dans l'album France 2010-2011

Et Marseille, c'est joli !

 

 

dimanche, 15 mai 2011

Un vrai voyageur...

paris, septe, voyage, avion"un vrai voyageur, c'est celui qui galère aussi dans son pays"
J'avais twitté ça en arrivant à Paris, David l'a relevé à la rigolade, et pour cause.
Tout a commencé dans la joie, ma valise et mon sac en premiere position sur le tapis roulant de l'aéroport. 

Sauter dans un taxi, envoyer un message à Elifsu qui m'hébergeait.

Tout était si simple !

Des embouteillages, arrivée dans sa rue, récupérer dans mon agenda et...

Je n'avais que me code de la porte. Ni numéro de rue, ni téléphone.

Flute !

Le chauffeur de taxi, tourne, retourne et finit par me laisser dans un bar PMU labellisé par un tas de bonhommes qui  jouent aux courses de cheveaux. Je contacte Nicolas pour qu'il previenne Elifsu par twitter que je suis quelquepartdans sa rue avec mes 70KG de bagages.

Puis levée à 5H du matin, ça commence à faire long.

Un message, deux messages, rien n'y fait.

Autant boire une bière ! (non, ce n'est pas une dédicace à M. Dublog, le candidat naturel pour la France.) Je me mets à discuter avec les gars du PMU, entre deux courses.

Le temps passe.

Voilà plus de deux heures que mon avion avait ateterri. Presque trois.

Nico restait sais nouvelles.

Je papote, armée de mon empathie habituelle avec les bonhommes quand l'un d'entre eux me sort son iphone : "mais vas-y, regarde tes mails !"

Alleluia !

J'ai retrouvé l'adresse et le numéro de téléphone d'Elifsu, qui entre temps s'était demandée si je ne m'étais pas perdue entre Marseille et Lyon. J'ai retrouvé le numéro de rue et, après presque une heure de breack à la bière, j'ai enfin pu aller retrouver celle qui deviendrait une copine.

dimanche, 06 février 2011

la vie parisienne !

Ouf !

Pas le temps de bloguer depuis que je suis arrivée à Paris. Entre les RDV de tous les côtés, professionnels ou amicaux.

A mon arrivée à Paris, après avoir passé la nuit dans un aéroport qatarie, j’étais bien déphasée et surtout frigorifiée, ayant pris 30 degrés dans la gueule entre Khartoum et Paris.

Et à, surprise !

Thibault est venu me chercher à l’aéroport ! Mieux, moi qui n’avais que des tee shirts et des tatanes, il m’a accompagnée su côté d’Haussman pour faire les boutiques, genre pretty woman des pulls et par la suite jusqu’à chez le couchsurfeur qui m’hébergeait.

Le lendemain midi, j'ai mangé avec Melclalex, Kremlin des blogs organisé par Nicolas dans le sud de Paris où j’étais fichtrement bien entourée et où on a tous bien papoté de trucs trop intéressants comme nous le raconte le petit père Darcy dans son estaminet. Le problème c’est qu’il a TOUT raconté et que du coup, je n’ai plus rien à dire, si ce n’est vous parler de l’after.

C’est Gildan qui m’a raccompagnée dans le 16e où je logeais et jusqu’à l’entrée de l’immeuble, en bon gentlememan. Sympathique.

Le lendemain, j’ai été hébergée sympathiquement par Nicolas vers Bastille, un quartier bien sympa et, dès le premier soir, directon la maison d’une de ses amies pour fêter le nouvel an Chinois, j’avais cuisiné une salade de papaye.

Aujourd’hui, on continue de faire le tour des amis puisque je vais boire un petit cou avec Aline avant de suivre Nico à une crêpe party.

mercredi, 08 septembre 2010

train de nuit

Le train de nuit, c'est bien !

Et même en France !

Sisi, ma bonne dame !

Déjà, c'est moins cher...
Sur un Perpignan-Paris (Oui, on aime traverser la France !)

le prix est divisé par deux, ça vaut donc vraiment le coup !

Lire la suite

mercredi, 18 août 2010

Ma France à moi... ou pas !

Ca, c'est du clash !

Je n'aurai pas pensé prendre une giffle aussi grosse en rentrant en France. Non, je ne vous parle pas de Paris et sa pluie, pas non plus du TER sans billet entre Montpellier et Sète, comme d'hab, pas non plus des touristes qui ont déferlé en masse à Sète.

Non, je vous parle de la France, celle dont je me souviens, celle dont mes aimis Egyptiens me parlent, celle dont ils rêvent.

Dans ma France, donc, il y a du bleu partout. Sécurité maximum, même dans les petits trains régionaux, même la nuit dans les rues de Paris. Il m'a semblé que je ne pouvais pas tourner la tête sans voir un policier.

Et c'est con, mais je ne me sens pas en sécurité. Vous savez, le cerveau, les trucs qui tournent et tout....là, j'ai l'impression que s'ils sont là, c'est qu'on a besoin d'eux, non ? qu'une menace plane sur nos chères têtes blondes que les mamies-à-cabas ne sont pas en sécurité.

J'ai même eu droit à un contrôle d'identité...

Je voulais faire exprès de parler arabe pour faire ch.... Le gars mais la perspective de me retrouver au gnouf avec un sas à dos gênant ne me faisais pas vraiment kiffer....

J'ai senti un peu de tension quand je lui ai sorti deux passeports... d'incompréhension, surtout mais quand il   a vu qu'un des deux était un diplo, le mec s'est ravisé !

J'ai pris le taxi à Paris.... Là c'est pareil, ça m'a fait tout drôle de voir quelqu'un qui roule en ville à moins de 130 km/h, qui ne slalome pas et qui ne me demande pas si je suis mariée...

Là, le chauffeur e lance au retour d'une soirée plus qu'arrosée au Krelin Bicètre : « J'ai peur pour cette France » et de m'expliquer que les gens n'ont plus le respect du bleu, que la vie a changé, etc... et qu'il a peur que ça pète. Faut dire qu'entre deux sommeils, je n'ai pas eu l'énergie de lui balancer « ça serait pas mal, si ça pète, non ? »

Plus généralement, la tendance sécuritaire est partout !

Même chez ma mamie ! Le premier truc qu'elle m'a dit c'est « t'as pas peur des faux taxi ? »

Comme si maintenant, on pensait sécurité à longueur de temps.

Je ne veux pas le croire !

Le RER c'est aussi un truc super anti-humain, je ne l'aurai pas cru ! Ce n'était pas comme ça dans mes souvenirs. C'est hallucinant (oui, c'est mon mot en ce moment) de voir comment tout le monde se regarde méchamment, de travers, comment tout le monde protège son sac comme si on allait les attaquer pour leur piquer leur stylo à bille.

Drôle de pays...

Enfin, pas tant que ça.

dimanche, 09 août 2009

Sete'ici en Arles

Bonjour à tous !

Je m'éclate en Arles depuis quelques jours... des photos arriveront très vite !... plein de conseils pour aller voir les expos du festoche aussi, bien entendu !

J'ai fait le tour des installations et des monuments historiques que compte la ville en deux jours. Aujourd'hui, je me suis laissée porter au gré des courants, laissée hapée par la ville aussi, ses ruelles pavées et ces gens... et j'ai même croisé Edouard Baer non loin des arènes qui achetait son journal.

Et c'est qui donc, dis donc ? "Excusez-moi, vous ne seriez pas le gars qui était sur canal et qui faisait la Bostella ?" et si, et si, biensûr... "mais vous vous appelez comment ?" Pauv' bonhomme, je lui ai cassé son petit sourire alors qu'il était tout content qu'on se souvienne de lui. Je reste tout de même convaincue qu'il avait du talent !

Bien entendu, j'ai fait signe à Maud, qui est d'ailleurs l'auteur de la photo prise le soir de la première à Paris de je ne sais quel film pas bien du tout.

Demain, direction Sainte Marie de la mer pour mon dernier jour dans la zone. Au programme : location de vélo, balades...

Sinon, j'ai aussi croisé Guillaume Durand sur le marché... mais ça on s'en fout un peu !