Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mercredi, 23 mai 2012

Du vote électronique et de la négligence

Nous y voici

2012, un  nouveau président, un nouveau premier ministre, un nouveau gouvernement et pas mal de pâte à pain sur la planche, pas le temps de s’ennuyer. Le résultat des législatives nous dira si les ministres resteront en place ou si cette première team batave devra tirer sa révérence avant même d’avoir accompli quoi que ce soit.

Il est bon toutefois, de prendre un peu de hauteur sur les résultats ; J’aime beaucoup ce texte de @Thibaultdm non pas parce qu’il est un très bon ami, non pas parce que je l’aime, mais parce qu’il est clairvoyant au moment de son entrée dans l’opposition.

Première constatation, le vote électronique n’a pas l’air très au point en termes de sécurité. Et cela me pose un problème, moins sur le trucage des votes que sur la possibilité de voir pour qui vous votez. Le secret des urnes, même électroniques, n’est donc pas respecté. Vous imaginez les dérives. Des petites fiches sur les gens où serait mentionné leur bord politique, leur évolution d’une élection à une autre... de quoi comprendre, à petit échelle, les effets de la comm’ sur l’esprit humain, et s’en servir, bien entendu, puisque là est la finalité. Et en tant qu’ex française de l’étranger cela m’interpelle encore plus.

Un mot de passe en clair

Première constatation, si tu habites ici ou ailleurs, ton mot de passe, nous dit-on dans bastamag, est envoyé par SMS ou courrier postal (!!!) Traduction : le mot de passe est envoyé EN CLAIR ! et donc n’importe quel opérateur qui a le pouvoir de transmettre plein d’informations aux forces de l’empire, peut choper ton mot de passe et le transmettre ou s’en servir. Il y a aussi des pays où les courriers arrivent ouverts, parce que la liberté, c’est pas trop ça. Donc, ton mot de passe se sera baladé de bureau en bureau avant d’être lu par  un facteur…

Ne me dis pas, lecteur, que l’Etat Français n’a pas les moyens d’envoyer des mots de passe de manière chiffrée ou alors simplement de demander aux électeurs de s’inscrire via l’identifiant qui est sur leur carte de résident à l’étranger !... et de créer par la suite un mot de passe tout personnel. Il est question là de cybersécurité niveau bac à sable (pour te dire, même moi, je sais que les mots de passe en clair, saymal !).

Heureusement que l’on ne fonctionne pas de la sorte pour la déclaration d’impôts en ligne ! D’ailleurs, pourquoi ne pas s’être inspiré de ce système ? Mieux, pourquoi ne pas avoir groupé les deux ? Puisque le résident français de l’étranger dépend du service non résident des impôts et a déjà des codes web pour se connecter et faire sa déclaration, poser des questions en ligne, etc…

Cela demanderait de mutualiser les efforts et de faire que des gens de différents ministères travaillent ensemble dans l’intérêt commun, ce qui, en France, n’est pas vraiment une priorité. Chacun dans son bureau et les moutons seront bien gardés assis en face de la télé.

Il était une fois, Orwell

Pour le reste, la connexion en https n’est pas utilisable partout, les entreprises impliquées peuvent avoir un regard sur ton vote, et bien d’autres failles sont mises en avant dans cet article que je te conseille vivement de lire.

Petite info, pour toi le lecteur français de l'étranger qui veut voter pour choisir ton député, le Parti Pirate a mis en place cette page où tu peux commenter ton vote et surtout signaler les irrégularités et problèmes rencontrés lors de ta connexion. Les problèmes qui remontent actuellement concernent l'applet Java... héhé, ils n'avaient pas pensé que des gens auraient des Mac à l'étranger... ou tout simplement des gens qui ne VEULENT pas avoir du java sur leur poste arce que Saymal au niveau des cookies, toussa...

Si on élargit à la négligence pas que sur le vote électronique et sans tomber dans l’Orwellien, j’aime beaucoup ce qu’écrivait Paul il y a quelques jours :

« le seul intérêt de la négligence caractérisée est de permettre à l’état et à des entreprises privées d’avoir une excuse pour installer un logiciel espion sur les ordinateurs des français qui permettrait lors d’un jugement d’attester de la bonne volonté de la personne à avoir sécurisé son accès. Cette idée créée un précédent grave dans la mise sous surveillance de nos concitoyens et n’a pas de réalité technique tangible »

Et vous devriez lire le reste du billet parce que cela vaut vraiment le détour.

La route est longue, encore et la suite de nos combats pour la liberté du Ouaibe et la protection de la vie privée risquent de durer encore bien des années. Je plains ceux qui sont là depuis déjà 10 ans à voir de nouvelles têtes arriver en renfort chaque année, les rangs grossir alors que rien ne change. 

mardi, 22 mai 2012

vive le Web libre !

 

Capture.JPG


Orange se prépare à bloquer quelques milliers de sites Internet chaque jour, apprend-on dans Numerama. Ca veut dire quoi ? Ca veut dire qu’en gros, tu vas avoir un nouvel internet tout restreint avec plein de sites sur lesquels tu ne pourras pas te rendre. C’est le cas actuellement au Soudan et t’en parler, lecteur, me rappelle ma première utilisation d’un VPN, petit outil te permettant de te connecter au page que tu veux voir.

Le problème, c’est que notre chef de l’Etat n’aurait rien à voir avec un dictateur moustachu, genre lui ou lui, qui bloque Internet, voire qui le coupe en pleine révolution, genre lui. Et qu'il est visiblement bien entouré

Et pourtant, ça n’arrive pas qu’aux autres ! Internet, c’est le mal, et c’est Carla Bruni, haute autorité dans le milieu, qui l’a dit. Pour nous laver de toute notre dépravation, nos édiles n’ont pas trouvé mieux que de menacer notre liberté. Même si des solutions existent, leur utilisation ne devrait pas devenir monnaie courante en France, pays des droits de l’Homme d'Amesys et de Delacroix et de l'Hadopi qui va changer. En gros, comment cela va se passer ? Tu taperas une adresse dans ta barre d’URL et le site sera tout simplement inaccessible, comme the pirate bay en Inde.  Pendant ce temps, nous entendons des réponses claires, des prises de position tranchées.

Alors tu vas te dire « mais non, voyons, je ne vais que voir mes mails et chercher des recettes de cuisine sur le Ouaibe, c’est pas grave… » tant pis pour toi si après tout ce temps, tu n’as pas capté qu’Internet est avant tout un lieu d’échange, d’éducation populaire et de partage de culture.

Donc toi, rien ne changera dans ta petite vie.

Enfin si. Orwell, quand tu nous tiens…

Donc un jour, dans quelques années peut-être, tu voudras te rendre sur le site d’un quotidien d’info, problème, il ne sera pas du goût du pouvoir en place : bloqué. Alors tu iras voir l’info en vidéo sur youtube dont certains contenus seront bloqués. Tu voudras te renseigner sur quoi faire auprès de la Quadra, site bloqué. Et pour ce qui est des liens qui te dirigent vers des ouvrages qui te permettent de contourner la censure… laisse tomber, game over. Et quand à savoir qui matera les paquets qui circulent entre l'ordinateur dans ta cuisine et le reste du monde...

Nous, on n'a pas d'argent mais ça fait longtemps qu’on aura pris le maquis du Net. On s’échangera les programmes qui vont bien sur des clés USB dans des cafés, on les fera tourner un peu partout, les pages bloquées seront mirorées sur les serveurs des uns et des autres, de quoi faire s’arracher les cheveux à tout le monde et de quoi assurer la postérité à Streisand très longtemps après sa mort.

Internet c’est nous, c’est toi aussi.

Et si tu veux que cela n’arrive pas, c’est aussi possible suffit de l’empêcher, et pas besoin d’aller à Eixen pour ça. Suffit juste de lire, de s’interroger, de réfléchir à l’avenir que l’on souhaite pour cet Internet français. A-t-on envie d’une façade à la chinoise ? à l’Iranienne ? des petits bouts de Ouaibe autorisés cliquables à volonté pour abrutis prêts à consommer ?

Sans moi, merci.

Et si tu ne dis rien. Le jour où tout cela arrivera, ce sera ta faute.

Le cas échéant, tu peux toujours commencer par là.

mercredi, 16 mai 2012

Géolocalisation

geolocalisation,tag,politique,internet,surveillance

J’aime bien la carte des bons plans parisiens d’Elifsu.

Déjà, parce que c’est ma copine et que pour avoir suivi ses idées plusieurs fois, je peux vous dire qu’elle est souvent de bon conseil. Ensuite, parce que c’est pratique, il y a des lieux de RDV partout dans Paris, et un peu dans tous les styles. Enfin, le doodle est sympa, on peut zoomer dans les quartiers, les rues, visualiser les devantures des restos.

Seulement, j’ai un peu de mal avec cette carte. Pourquoi ?

Question de données

Imaginez, dans un monde imaginaire où facebook vendrait vos informations personnelles, où la géolocalisation permettrait de vous pister, où vos coups de fil pourraient être écoutés avec l’aide de technologies françaises de pointe, mais sans l’aval de la reine (d'ailleurs, qu'en pense le nouveau président ?), faire des cartes dans ce style permet tout simplement de savoir où l’on peut vous retrouver, si toutefois vous avez le droit de voyager, où vous êtes passés quelques temps avant et où on aurait pu vous croiser… en quelque sorte, permettre de vous manipuler, ou de vous suivre tout simplement. Ou de vous envoyer de la publicité ciblée.

Cela me met mal à l’aise

Pour pousser plus loin dans le créneau sorties-resto, foursquare a fait très fort : Ils ont réussi à convaincre les moutons que se géolocaliser, c’est bien, que poster un peu partout sur les réseau l’endroit où on mange un sandwitch pas bon, c’est fun et que des fois, en plus, tu pouvais avoir des cadeaux.

Un jour, des machines pourront dire à quelle heure  tu te rends tous les jours au bureau, son adresse, celle de chez toi, via IP, on pourra tracer tes déplacements quotidiens, cibler les bars où tu aimes te rendre, et petit à petit, te vendre n’importe quoi, loi de proximité oblige puisque la communication sera encore plus ciblée qu’aujourd’hui. (oui, c’est possible !)

Garde à l'esprit, lecteur, que laisser des traces sur Internet ça coûte la vie à des gens en Syrie, par exemple.

Voilà pourquoi tout cela me met plus ou moins mal à l’aise. La société s’amuse mais la société s'y perdra vite et bien. Ce qui me met encore plus mal à l’aise, c’est qu cela vent d’une (très bonne) amie proche, et surtout de quelqu’un avec un niveau intellectuel très élevé, qui sait tout ça, et a largement la jugeotte pour le comprendre, qui est loin d’être un mouton et le fait donc avec tout le recul nécessaire.

Si même les gens bien s'y mettent... me dites pas qu'on est fichus ?

Ou alors, c’est moi qui ai trop lu Orwell…

mardi, 01 mai 2012

Journalistes ?


vasseurMedias.JPG

Je suis aussi dépitée que ce pauvre Marc Vasseur.

Non, pas dépitée. Enervée, en fait. Et il y a de quoi. Personne, ou quasi, ne reprends les infos de Médiapart sur le financement de la campagne de Sarkozy en 2007, lors es dernières présidentielles. Personne n’ose même poser la question. Dans Libé, on s’attarde frileusement sur les menaces de mort reçues par Fabrice Arfi, à lire bien entendu, on évoque le fait que Médiapart ait sorti l’info… mais rien de plus.

Personne ne creuse ni ne vérifie ?

Les journalistes des grands médias sont réduits au rôle de témoins, de figurants, de pantins de cons ?). Oui, puisque c’est quelqu’un d’autre qui tient les ficelles dans une main et le porte-monnaie dans une autre. Ce ne sont pas les journalistes qui décident du contenu des pages. Ils proposent leurs articles et le rédac chef prend ou non. Ensuite, encore au-dessus, tout là-haut là-haut, se trouve le Dr No du média en question, c’est le propriétaire. Ils peuvent être plusieurs, souvent, et amis du président élu en 2007, parfois.

0503-DILEM-A.jpg

Que peuvent faire les journalistes
qui ont du mal à exercer leur métier ?

Auxiliaires de police sur les manif ? Partir à l’étranger, genre en Syrie, là où on fait les mêmes menaces qu’aux collègues de Médiapart ? Aller chercher le buzz, la petite phrase ? Se déniaiser et enfin ouvrir les yeux ?

Simplement regarder notre profession, déjà malade, mourir à petit feu d’immobilisme, en se moquant des différences, de ceux qui font leur boulot, de ceux qui se font espionner ou cambrioler, de ceux qui ne seront jamais invités à diner au Cercle. Et pour cause.

Parce que nous ne ferons rien de plus. Et encore une fois, o nous raillera. Quelques-uns se draperont dans leur hautaine indifférence, d’autres subiront. Encore.

vendredi, 27 avril 2012

En France, on vote

assad fn.jpgIl n’y a pas à dire, j’ai du mal avec l’actu.

J’ai vu, de loin, passer le premier tour, entendu sonner quelques petites phrases et regardé tomber la pluie, ce qui devenait presque plus intéressant tant qu’on ne parlait pas du fond.

Odeur étrange, ce premier tour et le fond n’arriva pas.

J’avais beau tourner les pages du journal, rien ne venait. Rien. Pas d’envie, pas d’intérêt. Pourtant les gros événement politiques, d’habitude, ça me booste. Là, non. D’habitude on écoute parce que débat il y a, on discute pendant qu’ils créent, on essaie de les suivre alors qu’ils réfléchissent.

D’habitude, c’est intéressant


Là, non. On attend ce qui risque de nous tomber sur la tête... presque sereins tant nous sommes naïfs.  Malades, peut-être ? On se rend à son travail, quand on en a un.

Alors le premier tour est passé, viendra le second. La tendance est la même, au mou, à la haine, aux petites phrases et à la stigmatisation de l’autre. Et comme cette France, on l’a laissé pourrir à grands renforts de plans sociaux et de haine, elle commence à sentir pas très très bon et en plus, il fait froid.


Alors second tour il y aura

france,elections,vote,président,fnPendant qu’en Syrie, des gens se battent pour demain, pour l’espoir et la dignité, pendant qu’en Egypte, ils redescendent sur Tahrir, pendant qu’on met le Maroc sur écoute avec du matériel visiblement de chez nous parce que les gens commencent à bouger… En (F)rance on se complait dans la petite phrase, on n’écoute pas, on entend, comme un bruit de fond.

Et puis on vote en attendant le déclassement, l'exploitation, les nouveaux fantômes de la crise, avant d’aller faire ses courses au Super U du coin et de rentrer chez soi, se poser devant un DVD.

Non, ne pas réfléchir, surtout, ça ferait trop de bruit.

spanishrevolution.jpg

mercredi, 11 avril 2012

Neutralité du net

index.jpgL’avantage, c’est qu’à l’approche de l’été, les manifs c’est le bon plan parce que ça fait les cuisses et ça fait perdre des calories. Ils pensent à nous, nos dirigeants ! Et c’est qui qui sera au top sur la plage, hein ? Et c’est grâce à qui ? Merci, les cons, de proposer de nouveau des bocages et flicages du Web !

Après Acta, on nous met sous le nez de tas de nouvelles mesures de création du minitel surveillé dont on ne veut pas ! En 2014 (oui, loin après les élections…) on nous prévoir Indect. Le pitch ? On va récupérer tout plein de données nous concernant, histoire de savoir qui on est, où on va, qui on voit et surtout ce qu’on écoute comme musique, ce qu’on mate comme films, si on est d'accord ou non avec les llois en vigueur, etc…

Le second projet, c’est Syssec ! Kézako ? L’autorisation de tout sniffer sur tes connexions pour voir si tu ne cliques pas sur des sites de méchants-vilains qui parlent arabe dans des pays chelous (NDLR : je préfère les petits gâteaux aux oranges) ou sur des wikis où on t’apprend à fabriquer tout un tas de trucs qui peuvent servir en cas de guerre civile.

Si tu ne sais pas ce que signifie l’expression « Neutralité du net », je te conseille d’aller vite lire ça et surtout d’écouter la conf de JZ de la Quadra à Toulouse, de quoi te faire une bonne idée de départ... Du moins une meilleure que celle que pouvait avoir les anglais il y a peu.

Partage de la culture

 

Alors oui, on te dira que faire circuler librement culture et idées tue les encyclopédies, mais dis-toi que ça permet aussi à tout plein de gens d’avoir accès à la culture et à d’autres gens, d’avoir accès à un monde qu’ils ne soupçonnaient même pas. Voire même à la machine à laver de leur voisin à qui ils n'ont jamais adressé la parole.

Dis-toi aussi que la neutralité du net permet à des journalistes de faire convenablement leur travail sans remettre en question la protection des sources, qui n’existera plus si on les piste.

Quelquechose me dit que la défense de nos libertés ne viendra pas de nos politiques. Alors, mon grand, signe la pétition, achète des bonnes chaussures et prépare toi à te faire les cuisses et à pas trop kiffer les anglais !

mardi, 10 avril 2012

Bernard et les pirates

J'étais déjà amoureuse de Bernard Guetta.

Mais aujourd'hui, je le suis encore plus qu'hier. Allez, écoute cette petite chronique sur le parti pirate.
Elle fait du bien et remonte à quelques jours !

 

 

Et puis omme je t'aime bien, je t'en offre un second. Quand Bernard parle de la situation du monde
et de son volution, ça donne trois minutes hyper pédagos.

vendredi, 30 mars 2012

Il était une fois Internet

Internet…

Ce fut un beau projet, un moyen génial de communiquer, de rencontrer des gens bien, de faire que d’autres gens bien aident ceux qui en ont besoin. Internet, c’est aussi la découverte culturelle, de qualité aléatoire, la magie d’autres rencontres, et ces gens que l’on n’a jamais vus et que l’on semble si bien connaître à force de clavardage.

Lire la suite

lundi, 05 mars 2012

Amesys, Big Brother, et leurs folles nuits avec Orwell

Je me suis étranglée toute seule en lisant ce billet de Jegoun… J’ai eu envie de troller… puis plus envie en fait tant la situation est grave.

Donc oui, lecteur bientôt on sera observés, scrutés, nos moindres faits et gestes sur les Internet’z et le téléphone. Non, je ne suis pas pessimiste, juste réaliste. Je sais depuis longtemps  que ce n’est ni la princesse, ni Bruce Willis, ni le mec qui arrive sur un cheval blanc qui gagnent à la fin. Ce sont ceux qui ont le pouvoir, l’argent et tout ce qu’il faut de plus pour faire du lobbying… en gros, pas nous.

ammar-404.jpg

Je peux très bien comprendre qu’on se dise « je n’ai rien à me reprocher, je suis honnête, alors ils peuvent m’observer, ça ne me pose pas de problème. » Je le comprends même mieux du fait que c’est ce que je pensais, il y a fort, fort, fort, fort longtemps, bien avant les voyages et les révolutions. Avant de rencontrer certaines personnes, avant de lire comment tout ça fonctionne, avant d’apprendre, et surtout avant de voir, concrètement, ce que cela pouvait produire sur le terrain, en Syrie. Avant d'imaginer ce que cela pourrait donner ailleurs, dans un futur proche.

Pourquoi c’est mal, donc ?

Puisqu’il s’agit d’une violation de la vie privée. Concrètement, une fois que les systèmes seront mis en place, on pourra sniffer et écouter tout le trafic web de nos machines, c’est-à-dire savoir quels sites nous visitons, ce que nous achetons ou téléchargeons, à quelle heure et depuis où, nous nous connectons. De quoi savoir où l’on vit, où l’on travaille et même l’heure de la pause-caca café dont l’absence en ligne une petite quinzaine de minutes sera la conséquence.

En connaissant nos achats, les sites visités, on pourra habilement nous proposer des produits et services ciblés, comme le fait déjà facebook, mais là dessus, nous sommes consentants et postons nous-mêmes des petits morceaux de vie privée. Nous rendre encore plus abrutis de consommation ? rien de plus simple en connaissant nos goûts. C’est peut être un détail pour vous mais pour moi… ben ça voudra juste dire qu’on aura un espion au cul tout le temps et même plus besoin de moyens humains moustachus avec une coupe de cheveux ridicule, c’est la machine qui le fera toute seule !

Enfin, la machine… Plein de gros serveurs connectés à nos connections en permanence.

Idem pour le téléphone

Ce n’est pas moi qui le dit, mais les gens qui ont créé Tor. De vous à moi, j’ai bien envie de les croire… Du moins plus que la princesse, Bruce Willis, le cheval et les gens qui ont des sous et vendent des technologies d'espionnage. C'est comme quand tu vas à l'hopital en Eypte, on te rasure, tu n'as ren à craidre, tout ira bien... et en fait, c'est pas vraiment ça

QUOTE_cells_farsi_zammarchi.jpgPuis il y a d’autres personnes qui toucheront ton Internet lecteur. Tes enfants, qui seront un jour des rebelles en puissance, boutonneux et râleurs à souhaits…  Suivant les sites visités, les autorités sauront rapidement sur qui garder un œil, qui sera un ennemi potentiel de la nation, à qui il faudra simplement faire peur ou péter les genoux si besoin.

Petit à petits, moutons tondus que nous sommes, nous ne verrons pas s’installer ce dispositif de flicage généralisé. Nous continuerons à nous connecter en clair, à envoyer des mails pour programmer nos soirées, histoire que l’on sache facilement où nous trouver. Nous continuerons et nous y perdrons notre liberté. L'étape suivante, ce sera le blocage de certains sites qui ne plairont pas... 

Nous journalistes, nous y perdrons encore plus puisque la protection des sources, on se la mettra où je pense, et sans vaseline, cela va de soi. Facile de monitorer des mails, des messageries, et ce n’est pas l’anti-privacy de Skype qui va nous aider…

Je n’ai jamais pensé qu’on puisse jouir en lisant du Orwell… mais en fait, M. Amesys, il a du pas mal taché les pages de l’édition de poche qu’il lisait sous ses draps pendant la nuit. Et ce qui est encore plus sympa, c’est que c’est ce genre de dégénérés qui liront tes mails et sauront ce que tu fais de tes soirées.

mercredi, 22 février 2012

Syrie, la mort du peuple

La Syrie vote ce week-end. Enfin, vote. Façon de parler si on s’en tient au discours officiel.

Ils seront donc 14 000 000 à se déplacer… ah ben non, il faut décompter les morts. Moins 4000 selon l’ONU qui se sent aujourd’hui dépassée par le comptage, moins 6000 selon l’Unicef.

A ces 14 millions, il faut aussi retirer le nombre de réfugiés qui ne se rendront pas non plus aux urnes, ils seraient 15 000, tout pareil que les prisonniers 15 000 aussi. Soit moins 30 000 personnes.

A ce chiffre, qui n’arrête pas de baisser, il faut aussi retirer les éclopés qui ne se déplaceront pas pour aller voter, les habitants de Palmyre, ville dont les chars de Bachar ont pris possession, ceux d'Homs qui a été rasée en quelques jours.

Il faut aussi retirer le nombre des disparus, celui des gens enterrés sous les décombres de leur maison, ceux qui auront peur de sortir dans la rue pour aller voter, les médecins qui seront occupés à autrechose, les militaires qui seront occupés à tuer, les gens qui se déplaceront en risquant de se faire choper

En gros oui, la Syrie va se rendre aux urnes, mais puisqu’ils ne seront qu’une quinzaine à pouvoir se déplacer, le scrutin sera organisé à Damas, entre l’heure de la prière et l’heure du repas, pas besoin de beaucoup plus de temps, et les mesures d Assad et ses copains seront adoptées à l’unanimité.

C’est beau la démocratie sans peuple.

 
La mort du peuple - Mickey 3d par musiclivesat