Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

vendredi, 30 mars 2012

Il était une fois Internet

Internet…

Ce fut un beau projet, un moyen génial de communiquer, de rencontrer des gens bien, de faire que d’autres gens bien aident ceux qui en ont besoin. Internet, c’est aussi la découverte culturelle, de qualité aléatoire, la magie d’autres rencontres, et ces gens que l’on n’a jamais vus et que l’on semble si bien connaître à force de clavardage.

Lire la suite

mercredi, 21 mars 2012

I'll miss Tunis

Le temps de reprendre quelques forces et je reviendrai vous faire des bilets longs et chiants comme à la belle époque... Il faudra se contenter lecteur aujourd'hui, de quelques images.

Ce qu'il va me manquer de la Tunisie. Les amis, biensûr, mais je les reverrai bientôt.

IMG195.jpg

Les verres de jus d'orange de la fac...

 

IMG205.jpg

IMG207.jpg

Les soirées au Plug entre amis...

 

IMG199.jpg

Le bruit des claviers dans l'amphi... Pas le bourdonnement, par contre...

mardi, 20 mars 2012

Il était une fois un clicodrôme

Mini manifeste pour la sécurité 2.0. des journalistes.

Il était une fois, un clicodrôme.

Mon ordinateur, je cliquais, ça fonctionnait. C’est un peu ce que je lui demandais en fait. Aujourd’hui, je suis plus exigeante quant à son utilisation et plus exigeante envers moi-même aussi. J’apprends, mode Padawan activé. Je suis loin d’avoir le contrôle total de ma machine, très loin même. Mais j’essaie de limiter les dégâts pour qu’au moins, elle ne me trahisse pas.

Lire la suite

lundi, 19 mars 2012

Ellis

ellis.jpg

On ne lit pas

... 

sauf si on a du temps à perdre.

Allez, clique sur l'image et tu comprendras pourquoi.

jeudi, 15 mars 2012

Syrie, je me souviens

RSF dévoile la liste des pays ennemis d’Internet. Parmi eux, bien entendu, la Syrie.

Voilà un an aujourd’hui que la révolution a commencé. Voilà un an que des gens battent le pavé, le regard tourné vers l’avenir à défaut de regarder en l’air en direction des snipers. Il y a un an, la révolution Egyptienne venait de se terminer. Il y avait encore des gens sur Tahrir, des prières massives le vendredi, on parlait de changer la constitution et l’armée était encore la grande amie du peuple.

_DSC0844.JPG

Il y a un an, je me souviens de cette vidéo lancée sur twitter par Steven Jambot qui cherchait une traduction. On y voyait une poignée de Syriens manifester en chantant « Al Jazeera Wahdek Wahdek, Al Jazeera Wahdek Wahdek… » Al Jazeera, on est tout seuls. Etrange période. Les caméras avaient quitté la Tunisie pour l’Egypte et elles y étaient restées. Le printemps Cairote se faisait appeler lenteur et on commençait à regarder vers le Yemen. Des bombes, des manifs, des images, des envies d’ailleurs.

Puis cette vidéo

graff-pas-un-jeu-d-enfants-mais-une-arme-de-Revolution.JPGConnexion 3G Egyptienne, Etisalat, chargement tout ce qu’il y a de plus lent, mais je voulais en savoir plus. J’ai alors commencé à regarder les sites de partage de vidéos. Plus je creusais, plus j’y voyais la révolte, la répression et l’incompréhension.

Envie d’aller voir de plus près. Et tant pis pour les caméras, j’arriverai la première.

Il y a un an tout pile, je ne savais pas ce que je trouverais en Syrie. Je ne savais même pas si j’allais y entrer. Je me souviens du parcours du combattant, du visa refusé au Caire. Je me souviens de cette manif devant l’ambassade de Syrie à Dokki, de la poignée de gros bras moustachus moukhabarats qui zyeutaient tout ça, de la cave dans laquelle se trouvait le bureau des visas.

Et puis ces vidéos, toujours…

Et personne qui ne savait ce qu’il se passait en Syrie.

Alors j'ai pris l’avion direction Beyrouth, le temps de voir mes amis et de tenter une nouvelle fois d’obtenir mon visa à l’ambassade Syrienne de Beyrouth. Scan des sacs à l’entrée, petit couloir, grand bureau vitré. Une femme m’interroge. Finalement, Il faut revenir lundi… Quelques jours d’oisiveté dans la capitale libanaise à défaut de prendre la route pour Damas ?

Pas question.

Je me souviens que personne ne parlait encore des manifs du vendredi. C’est ce petit canard  qu’est L’Orient le jour qui m’a appris, un matin libanais lors que je prenais le soleil avec Ans, que de grosses Manifestations se tenaient le vendredi à Damas.

Le lendemain, j’ai pris un service direction la frontière. On verra bien du côté de la douane terrestre. Je me souviens de Georges, rieur, me disant que mon assiette serait sur la table le soir même. Je me souviens des petits sandwitchs préparés par Ans. Pour la route.

Je me souviens du change en pleine montagne dans la vallée de la Bekka, du service plein de bonhommes qui me demandaient ce que j’allais y faire, de mes sourires de grande voyageuse qui leur raconte qu’elle fait du stop dans le monde arabe.

Puis la frontière

Des militaires à la sortie du Liban, de la difficile obtention du visa. Puis ce check point non prévu, comme tout le reste d’ailleurs, où ils vidaient les valises des gens pour contrôler. Petit coup de peur, adrénaline, et le matériel caché dans le sac à dos multicolore. Je me souviens la joie sur cette route qui descend en direction de Damas, les paysages lunaire. Un sourire jusqu’aux oreilles qui sentait bon l’aventure.

Welcome to Syria.

C’était il y a un an, je devenais reporter sans trop savoir ce que cela impliquait ni comment me protéger. C’était il y a un an et personne ne se doutait alors que tant de morts tomberaient en s’opposant à la folie de Bachar.

Torture, bombardements, barbarie. Et au milieu de tout ça, des amis.

Nous sommes le 15 mars, la Syrie souffre et crève depuis un an. Triste anniversaire.

tag-politique-tunis-janv-2001-1_article_inside.jpg

lundi, 12 mars 2012

clé bootable #1

La clé bootable chiffrée, c’est pas mal pour tout bon journaliste qui est sur le terrain… En gros, ça permet de ne rien enregistrer sur son ordinateur, de ne pas avoir de fichiers compromettants sur soi. Mieux, tu peux carrément jeter ta clé bootable à la poubelle ou dans la rue quand tu te fais choper, ni vu ni connu. Seul problème, si elle n’est pas chiffrée, n’importe qui peut accéder à tes données… attention, donc, la sécurité a ses limites. Ce qui est valable pour ton disque dur, petit padawan, l’est aussi pour ta clé bootable.

Lire la suite

dimanche, 11 mars 2012

@dominiquedarcy das les bacs

Le pote Darcy vient de sortir un disque, comme ça, sans rien dire… Il paraît même qu’il pourrait passer à la radio !

 

Et comme son estaminet bloguesque n’était plus assez bien et qu’il a un site officiel, le jeune homme a décidé de fermer boutique, nous laissant quand même accès aux archives. Il ne nous reste plus, lecteur, qu’à nous transformer en groupies… C’est quand le prochain concert sur Paris ?

vendredi, 09 mars 2012

se protéger for dummies

internet,sécurité,réseau,webLundi, on parlait des problèmes qu’on rencontrera très bientôt en se connectant, excusez une nouvelle fois mon pessimisme, aujourd’hui, on va essayer d’apprendre à se protéger. Il ne tient qu’à toi, petit guerrier des temps modernes, d’apprendre à te protéger et de prendre des bonnes habitudes avant que le grand jour qui n’embêtera pas le moins du monde Jegoun , n’arrive. Enfin si, un peu quand même, il a un poil évolué depuis son précédent billet.

Je viens de terminer Security in a box, et je vais te dire, lecteur, il est gratuit, il est en Français, et il est lisible ici ! Le top du top pour commencer, genre se protéger pour les nuls.

Seconde lecture, aussi en Français, aussi gratuite, How to bypass censorship. C’est plus technique mais non, n’aies pas peur petit padawan de l’Internet, même moi j’ai réussi à le lire.

Les must have ?

Tor, un bon VPN, passer un bon coup d’aspirateur avec CCleaner et Eraser et créer des tiroirs chiffrés avec truecrypt.

Enfin, plus question de passer par le « Ouaibe » pour aller lire tes mails. Installe Thunderbird (oui oui, ça fonctionne même sur ton windaube)… En revanche, pour chiffrer les mails sur cet OS, il ne reste plus qu’à attendre le Tuto de l’ami Numendil.

Allez, comme je suis encore plus sympa, le te rajoute un peu de lecture...

guide-tome1-a4-20110625

Edit à 9h17 : Un autre guide sur la sécurité par la FIDH, très pédago

FIDH guide securité en ligne

jeudi, 08 mars 2012

8 mars

mercredi, 07 mars 2012

la couleur sang

La Tunisie c’est sympa : boulot le jour, ami(e)s la nuit… Je me disais que le séjour serait une véritable petite partie de plaisir mais c’était sans compter sur comment le mot "torture" allait prendre forme dans mon esprit.

Hier matin, donc, direction le commissariat, histoire d'aider une des étudiantes en journalisme que l'on encadre ici à porter plainte, et surtout de récupérer la déclaration de perte de son passeport, sésame pour l’obtention d’un laissez-passer pour rentrer en France.

Mon choix se porte sur la cité Olympique pour voir mon ancien quartier porter plainte dans un quartier connu. Chou blanc. On nous renvoie vers le centre-ville, rue de Yougoslavie dans un commissariat qui, nous dit-on, gère les problèmes de TGM.

Taxi, centre-ville, une petite rue parallèle à Bourguiba.

Salle d’attente du bureau de police

Je regarde les murs, du sol au plafond : « Tu vois, ce lieu, il a une histoire… » Je pensais à tous ces arrêtés de la révolution qui ont atterri, de force, dans ce commissariat, je lui en parle. Un policier, dont « l’uniforme » se résume au blouson de cuir qu’ils portent tous, nous invite à entrer dans un bureau.

Porte cassée, carreaux de faïence sur les murs.

L’étudiante prend une chaise, je m’installe sur un banc contre le mur. Machinalement je me retourne et me trouve nez à nez avec des taches de sang séché sur les murs.

Beaucoup de taches

Je ramasse mon sac posé sur le sol. L’étudiante remarque aussi la masse de tâches partout autour de nous. A chaque fois la même couleur, celle du sang séché.

Respirer, souffler, l’entendre raconter sa mésaventure : Un gamin lui a arraché son sac juste avant que les portes du train ne se referment derrière lui. Taille et couleurs du sac, description de l’individu, contenu, objets dérobés.

Quelques mots d’arabe, le flic rigole avec moi. Dans le fond de la pièce, des fils électrique dénudés qui semblent sortir de nulle part. Du moins, pas du chauffage qui se trouve sous la petite table, dont le câble et la prise sont apparentes.

« Vous étudiez quoi ?

- Le journalisme »

Arg ! je l’avais pourtant briefée…

« et vous ? »

Je me suis découvert une nouvelle passion : « ingénieur électronique ! » Oui, lecteur, il fallait bien trouve le moyen de parler de ces fichus fils électriques dénudés qui m’obsédaient de plus en plus. Tant de souffrances dans une si petite pièce…

Lui est flic depuis huit ans, au mois d'aooût précisément. Aurait-il bougé après le départ de Zaba ? Peut-être n'était-il pas là pendant les manif, la répression ? Pendant que le sang giclait sur ces murs... Non, il a toujours exercé dans ce commissariat. Avant, pendant et après la révolution.

Il avait l'air sympa.

Je n'ai plus envie de rire

Attendre.

Enfin, son procès-verbal en arabe est imprimé. Nous pouvons partir…

« et ces fils électriques, là, c’est… ?

- C’est le câble pour Internet !

- Ah, ça aurait été de l’électronique, j’aurais pu vous aider ! » ai-je fini par lancer comme une boutade.

Depuis quand les câbles Internet ressemblent à des fils électriques dénudés ? Nous partons direction l’ambassade vers de nouvelles aventures administratives, avec à l’esprit les pleurs et les cris de ces opposants qui ont souffert pendant de si nombreuses années.

Le souvenirs des amis aussi.