Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

lundi, 19 novembre 2012

Comme une parenthèse de quelques heures #VivaCorsica

Vous raconter la Corse…

Plus facile à dire qu’à faire, savez-vous ? Puisque #VivaCorsica, ce sont avant tout des gens, des rencontres, des bons moments, des paysages, des bonne crises de rire, la nature, les trajets en bus qui nous portaient de surprise en surprise…

Tout a commencé un beau matin de grève des trains. Pas de problème, notre motivation est intacte ! Le temps de prendre un verre en gare de Lyon et nous voici en TGV direction Lyon, puis en TGV direction Marseille puis, à l’heure de pointe, dans un TER entre Marseille et Toulon.

Le temps de descendre sur le port via des petites rues, passer devant l’estaminet d’un tatoueur, voila notre équipe de réfugiées du bounty longeant les quais en direction d’un bateau. Là, tout au bout, se dressait cet immense bâtiment où nous allions trouver notre salut. Non, pas la Corse, la douche tant attendue et méritée.

Nous avons réussi à ne perdre personne en route et ça, c’est déjà un exploit !

Nous rencontrons Jean Christophe au pied du bateau, qui nous accompagnera tout au long de ce grand week-end. Au programme, distribution es chambres et embarquement, rendez-vous après un brin de toilette au bar, historie de découvrir la Pietra, bière Corse.

C’est ainsi que je fais connaissance avec toute l’équipe, discute avec les unes et les autres. On se demande qui sera malade cette nuit, mais en même temps la mer est calme et Corsica Ferries a promis de veiller sur notre sommeil, so…

Un obn repas, qui n’en finissait plus, à la table du commandant, s’il vous plait, qui viendra même nous faire un petit coucou (avec son commissaire de bord…) pendant le repas. L’occasion de rencontrer celles qui deviendront les piliers de la team risotto mais qui ne le savaient pas encore.

Nous accostons à Bastia, non dans une bonne surprise. Direction la cabine de pilotage. Les côtes sont à des centaines de mètres été nous nous rapprochons petit à petit dans la pénombre. Les marins sont aux commandes. Bon, j’en ai aussi vu un jouer avec un compas, mais chuuuut… Tel un James Bond des temps modernes, l’homme qui nous fera accoster arrive dans un petit bateau qui se colle au notre, et le voilà montant à l’échelle en pleine mer pour entrer dans notre embarcation. Arrimage réussi, il nous rejoint en cabine et bidouille trois boutons avec précision.

Bastia, nous voici.

Rendez-vous sur le vieux port pour un petit déjeuner au lever du soleil. Les couleurs fascinent, bien entendu et les photographes que nous sommes s’en donnent à cœur joie.

Ensuite ? Ensuite le Puntetu, ensuite le salon du chocolat où nous sommes reçus par un chocolatier du coin qui nous fait déguster ses créations, un cuisinier nous donne ses trucs et astuces pour réussir sa confiture et des mannequins se succèdent sur la scène pour un défilé chocolaté avant de découvrir le travail d’artisans locaux.

Nous découvrons aussi, au fil des récits de Sylvie, notre guide, la vie fascinante et cachée de Pascal Paoli… On y voit plus clair, y compris sur le choix du drapeau Corse. La Team Risotto a tout pigé, on ne lui fait pas.

Direction Les routes de Corse, le maquis, Saint Florent, Ile Rousse, et une châtaigneraie où une petite rando nous revigore avant un bon repas fait de charcuterie et de rigolade.

Et puis la « pulenda », le plat traditionnel du coin, la farine de châtaigne, dans une peitte bergerie, perchée haut sur la montagne.

Enfin… Non, pas enfin, c’est loin, encore, la fin. On a aussi dégusté du vin, arpenté les routes de Corse, fait quelques stops de-ci, de-là pour admirer chaque fois des vues magnifiques.

Puis nous sommes reparties en bateau, sur une mer agitée cette fois, de quoi se tenir aux poteaux, regarder son plat d’un œil suspicieux et avoir des envies de bananes… au cas où.

Il fallait ensuite remonter vers Paris, déjà. Comme si cette petite parenthèse n’avait duré que quelques heures tant nous n’avons pas vu le temps passer.

En fait, la Corse, c’est bien.

L'album photo, c'est par ici.

 

Commentaires

Oh oui, c'était bien, et on n'a qu'une hâte, y retourner, tellement on nous a bien accueillies ... merci pour ton récit qui fait revivre ces bons moments !

Écrit par : argone | lundi, 19 novembre 2012

J'adore ton article!
Pascal Paoli, on sait tout mais chut! Cela restera entre toi, lui et la team (et Corsica Ferries);)
Superbes tes photos (et merci de ne pas me montrer trop, cachée derrière mon appareil c'est nickel!)
Bisous Juju!

Écrit par : lalydo | lundi, 19 novembre 2012

Les commentaires sont fermés.