Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mercredi, 23 mai 2012

Du vote électronique et de la négligence

Nous y voici

2012, un  nouveau président, un nouveau premier ministre, un nouveau gouvernement et pas mal de pâte à pain sur la planche, pas le temps de s’ennuyer. Le résultat des législatives nous dira si les ministres resteront en place ou si cette première team batave devra tirer sa révérence avant même d’avoir accompli quoi que ce soit.

Il est bon toutefois, de prendre un peu de hauteur sur les résultats ; J’aime beaucoup ce texte de @Thibaultdm non pas parce qu’il est un très bon ami, non pas parce que je l’aime, mais parce qu’il est clairvoyant au moment de son entrée dans l’opposition.

Première constatation, le vote électronique n’a pas l’air très au point en termes de sécurité. Et cela me pose un problème, moins sur le trucage des votes que sur la possibilité de voir pour qui vous votez. Le secret des urnes, même électroniques, n’est donc pas respecté. Vous imaginez les dérives. Des petites fiches sur les gens où serait mentionné leur bord politique, leur évolution d’une élection à une autre... de quoi comprendre, à petit échelle, les effets de la comm’ sur l’esprit humain, et s’en servir, bien entendu, puisque là est la finalité. Et en tant qu’ex française de l’étranger cela m’interpelle encore plus.

Un mot de passe en clair

Première constatation, si tu habites ici ou ailleurs, ton mot de passe, nous dit-on dans bastamag, est envoyé par SMS ou courrier postal (!!!) Traduction : le mot de passe est envoyé EN CLAIR ! et donc n’importe quel opérateur qui a le pouvoir de transmettre plein d’informations aux forces de l’empire, peut choper ton mot de passe et le transmettre ou s’en servir. Il y a aussi des pays où les courriers arrivent ouverts, parce que la liberté, c’est pas trop ça. Donc, ton mot de passe se sera baladé de bureau en bureau avant d’être lu par  un facteur…

Ne me dis pas, lecteur, que l’Etat Français n’a pas les moyens d’envoyer des mots de passe de manière chiffrée ou alors simplement de demander aux électeurs de s’inscrire via l’identifiant qui est sur leur carte de résident à l’étranger !... et de créer par la suite un mot de passe tout personnel. Il est question là de cybersécurité niveau bac à sable (pour te dire, même moi, je sais que les mots de passe en clair, saymal !).

Heureusement que l’on ne fonctionne pas de la sorte pour la déclaration d’impôts en ligne ! D’ailleurs, pourquoi ne pas s’être inspiré de ce système ? Mieux, pourquoi ne pas avoir groupé les deux ? Puisque le résident français de l’étranger dépend du service non résident des impôts et a déjà des codes web pour se connecter et faire sa déclaration, poser des questions en ligne, etc…

Cela demanderait de mutualiser les efforts et de faire que des gens de différents ministères travaillent ensemble dans l’intérêt commun, ce qui, en France, n’est pas vraiment une priorité. Chacun dans son bureau et les moutons seront bien gardés assis en face de la télé.

Il était une fois, Orwell

Pour le reste, la connexion en https n’est pas utilisable partout, les entreprises impliquées peuvent avoir un regard sur ton vote, et bien d’autres failles sont mises en avant dans cet article que je te conseille vivement de lire.

Petite info, pour toi le lecteur français de l'étranger qui veut voter pour choisir ton député, le Parti Pirate a mis en place cette page où tu peux commenter ton vote et surtout signaler les irrégularités et problèmes rencontrés lors de ta connexion. Les problèmes qui remontent actuellement concernent l'applet Java... héhé, ils n'avaient pas pensé que des gens auraient des Mac à l'étranger... ou tout simplement des gens qui ne VEULENT pas avoir du java sur leur poste arce que Saymal au niveau des cookies, toussa...

Si on élargit à la négligence pas que sur le vote électronique et sans tomber dans l’Orwellien, j’aime beaucoup ce qu’écrivait Paul il y a quelques jours :

« le seul intérêt de la négligence caractérisée est de permettre à l’état et à des entreprises privées d’avoir une excuse pour installer un logiciel espion sur les ordinateurs des français qui permettrait lors d’un jugement d’attester de la bonne volonté de la personne à avoir sécurisé son accès. Cette idée créée un précédent grave dans la mise sous surveillance de nos concitoyens et n’a pas de réalité technique tangible »

Et vous devriez lire le reste du billet parce que cela vaut vraiment le détour.

La route est longue, encore et la suite de nos combats pour la liberté du Ouaibe et la protection de la vie privée risquent de durer encore bien des années. Je plains ceux qui sont là depuis déjà 10 ans à voir de nouvelles têtes arriver en renfort chaque année, les rangs grossir alors que rien ne change. 

Les commentaires sont fermés.