Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mardi, 01 mai 2012

Journalistes ?


vasseurMedias.JPG

Je suis aussi dépitée que ce pauvre Marc Vasseur.

Non, pas dépitée. Enervée, en fait. Et il y a de quoi. Personne, ou quasi, ne reprends les infos de Médiapart sur le financement de la campagne de Sarkozy en 2007, lors es dernières présidentielles. Personne n’ose même poser la question. Dans Libé, on s’attarde frileusement sur les menaces de mort reçues par Fabrice Arfi, à lire bien entendu, on évoque le fait que Médiapart ait sorti l’info… mais rien de plus.

Personne ne creuse ni ne vérifie ?

Les journalistes des grands médias sont réduits au rôle de témoins, de figurants, de pantins de cons ?). Oui, puisque c’est quelqu’un d’autre qui tient les ficelles dans une main et le porte-monnaie dans une autre. Ce ne sont pas les journalistes qui décident du contenu des pages. Ils proposent leurs articles et le rédac chef prend ou non. Ensuite, encore au-dessus, tout là-haut là-haut, se trouve le Dr No du média en question, c’est le propriétaire. Ils peuvent être plusieurs, souvent, et amis du président élu en 2007, parfois.

0503-DILEM-A.jpg

Que peuvent faire les journalistes
qui ont du mal à exercer leur métier ?

Auxiliaires de police sur les manif ? Partir à l’étranger, genre en Syrie, là où on fait les mêmes menaces qu’aux collègues de Médiapart ? Aller chercher le buzz, la petite phrase ? Se déniaiser et enfin ouvrir les yeux ?

Simplement regarder notre profession, déjà malade, mourir à petit feu d’immobilisme, en se moquant des différences, de ceux qui font leur boulot, de ceux qui se font espionner ou cambrioler, de ceux qui ne seront jamais invités à diner au Cercle. Et pour cause.

Parce que nous ne ferons rien de plus. Et encore une fois, o nous raillera. Quelques-uns se draperont dans leur hautaine indifférence, d’autres subiront. Encore.

Commentaires

Pour la Syrie, le cas est encore plus flagrant, il suffit de voir les quelques brèves (et le terme est encore plus flagrant de vérité ) sur les médias de masse. Pour ma part je ne saurai dire ce qu'il en est de la presse papier (je suis plutôt connecté essentiellement sur le net et la télé...). Qui se soucie vraiment du sort des journalistes envoyés sur le front syrien ? Combien d'entre eux ont -ils été blessés, combien d'entre eux sont morts d'avoir couvert le peu d'information que les médias veulent bien nous fournir ? Est ce que vous trouver normal que de jeunes activistes risquent carrément leur peau juste pour envoyer quelques videos sur Youtube afin de retransmettre l'information que nous n'avons plus à travers les médias de référence. Et la cas Syrien n'est qu'un exemple parmi tant d'autre...
En tout cas bravo pour cet article qui démontre bien la pathétique déchéance du métier, et heureusement qu'il en reste des comme toi :)

Écrit par : Laurent LE BESNERAIS | mardi, 01 mai 2012

Les commentaires sont fermés.