Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

vendredi, 30 mars 2012

Il était une fois Internet

Internet…

Ce fut un beau projet, un moyen génial de communiquer, de rencontrer des gens bien, de faire que d’autres gens bien aident ceux qui en ont besoin. Internet, c’est aussi la découverte culturelle, de qualité aléatoire, la magie d’autres rencontres, et ces gens que l’on n’a jamais vus et que l’on semble si bien connaître à force de clavardage.


bab7dfaba692a5d517246bba96bf241a.png

comment ça marche ? Merci @Spartition pour l'illustration

 

Avec Internet, on peut apprendre à jouer de la guitare, trouver des recettes sympas… mais aussi espionner, surveiller, ficher. Comme en Syrie, en Chine, en Libye ou dans les cantines en France. Comme bientôt en France aussi.

Si,si, tu lis biens !

Et comme on a déjà tout le matériel chez nous à disposition, il sera facile d’en user abuser. Ben si, c’est le président qui l’a dit !

Bientôt, donc, Internet, ça sera tout aussi magique. On pourra savoir tout ce que tu fais, à quelle page tu te connectes, à qui tu envoies des mails et leur contenu… juste pour, nous dira-t-on, pouvoir identifier les gens qui « visiteront des sites qui font l’apologie du terrorisme » en flicant le web.

C’est quoi un site terroriste ?

ordi-flinguc3a9.jpgUn site en arabe hébergé dans un pays chelou ?

Un site qui parle de hacking, voire de piraterie (troll), où on trouve des données exfiltrées par des gens sympas ? 

Un site où on débat, où on porte la contestation ?

J’ai une autre question : qui m’apportera des oranges ? C’est pas tout mais vu que je visite ce type de sites tous les jours, je m'inquiète un peu. Plus largement, comment les journalistes pourront-ils faire leur travail ? échanger avec des activistes ? prendre des contacts, tout simplement ?

Quid de la protection des sources ?

Parce que oui, si internet est monitoré, la loi-machin-qui-me-servira-bien-un-jour-ou-l’autre ne servira pas vraiment à grand-chose puisqu’il sera facile d’espionner vos connexions, pour savoir avec qui vous échangez. Et pour en avoir discuté avec des collègues, c’est assez désastreux, le vide sidéral qu’on trouve autour de ça chez les plumitifs. Tout au plus, on arrive à capter l’attention de quelqu’un qui finira par vous rappeler que « c’est loin, » que « le conseil constitutionnel, toussa, » que de toute façon « on ne fait pas des trucs comme ça… » en même temps, je suis plutôt rassurée quand je me dis que ceux-là font du copier-coller de dépêche. Au final, il vaut mieux.

Un jour, une machine saura exactement qui se connecte, d'où, à quelle heure et le contenu des pages qu'on visite, comme si on filmait nos moindres faits et gestes sans caméra. Alors, on refusera de consulter certains sites. On évitera de trop partager la culture, de peur de se faire choper, on ne parlera plus à personne parce qu’on aura peur de qui se trouve de l’autre côté de l’écran, et on évitera, surtout, de voir ce qu’il se passe ailleurs, des fois que…

Un jour...

Un jour, je dirai à mes petits-enfants qu’Internet c’était magique, que c’est l’ancêtre du minitel, qu’on pouvait faire plein de trucs avec, qu’on kiffait, insouciants et libres. Que nous avons résisté, que ça valait le coup pace que c’était sympa, la liberté. Bien entendu, ils se moqueront, leur grand-mère perdant un peu la boule mais nous, on saura que ça a existé.

Alors même si ce n’est pas par humanisme, pour la liberté d’expression ou le partage de la culture. Même si ce n’est pas pour notre liberté, ça serait cool que toi, moi, nous tous, on essaie de se bouger pour que cela n’arrive pas… Ne serait-ce que pour ne pas que je passe pour une folle auprès de mes petits-enfants. Parce que oui, toi qui lit, je t’en tiendrai particulièrement responsable.

Commentaires

C'est courant comme faute, mais c'est "toi qui lis" puisque c'est "toi" qui "lis"

Écrit par : alix | vendredi, 30 mars 2012

Bon billet.

Mais je tiens à apporter une précision : sur le premier schéma, le « How it really works » est faux. Et je ne fais pas référence au fait qu’Internet est composé de tuyaux remplis de chats, mais du fait qu’on se se relie pas à une grosse boîte qui s’appelle Internet. On se relie à l’ensemble des nœuds qui composent le réseau, et même plus, on _devient_ un nœud de ce réseau. Le petit routeur qui nous connecte devient de facto un tout petit bout d’Internet.

Écrit par : Gordon | vendredi, 30 mars 2012

Les commentaires sont fermés.