Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mercredi, 29 février 2012

Rémi Ochlik, un enfant de 1983

Parmi tous les morts en Syrie, ce qu’on ne compte plus parce qu’on n’y arrive pas, se trouve Rémi Ochlik, photographe français.

A peine quelques lignes, quelques brèves, une info rapidement donnée à la télévision pour parler de son décès et de celui de Marie Colvin, morte dans la même attaque de l’armée à Homs. D’après les dernières infos, ils auraient été repérés via leur téléphone satellite.

Pas de grande soirée pour Ochlik, comme cela avait été le cas sur France Télévision pour Gilles Jaquier. Pas de grands écarts diplomatiques non plus. Pourquoi ? Il y a donc deux poids deux mesures pour les journalistes de terrain ?

Un photographe est mort en Syrie, ça fait une brêve et on passe à autre chose.

Rémi Ochlik est né en 1983, la même année que moi.

A l’école, on avait les mêmes bouquins, avec La Liberté Guidant le Peuple pour illustrer le cours sur la révolution française. On a certainement fait les mêmes conneries au même âge, il a peut-être râlé en lisant quelques bouquins au programme, et je suis sûre que comme moi, il ne comprenait pas vraiment ce qu’il se passait quand le mur de Berlin est tombé… Nous étions trop jeunes. Sûre qu'il avait la même énergie la même foi en ce travail que nous faisons.

Il a peut-être, lui aussi, souri en voyant ces images de Basile Boli soulevant une coupe d’Europe, peut être emmené une fille voir Titanic quand on était ados, peut-être ouvert sa première boite mail sur caramail

Je ne l’ai pas connu, je ne l’a jamais croisé. Mais ce que je sais, c’est que Rémi Ochlik, ça aurait pu être un de mes potes à l’école, ça aurait pu être un de ces journalistes de passage dans les pays où j’ai vécu, et avec qui je bois des bières en parlant d’info, le soir sur une terrasse en plein air.

Ce que je sais, c’est que c’est un Français comme un autre, qui doit être rapatrié dans les mêmes conditions que Jaquier, qui doit faire l’objet des mêmes attentions, et surtout, que nous ne devons pas oublier.

mardi, 28 février 2012

Rome #2

Le temps de déposer le backpack chez Stephano le couchsurfeur et hop ! Direction les monuments ! Avaler un bon café préparé par l’hôte, un vrai bon café italien, et prendre le RER romain, propre et confortable. Faire un changement, trouver le métro tout aussi propre, penser qu’il ressemble à celui de Berlin.

Lire la suite

lundi, 27 février 2012

Rome #1

Welcome Rome, cher lecteur !

Pizzas, Gnoccis au fromage, café plus serré qu’un corset,
accent chantant et picollini, nous voici en Italie !

_DSC2181.JPG

Bon, ça n’a pas commencé comme ça, hein, ça aurait été trop facile.

Arrivée à l’auberge de jeunesse vers 23h, les yeux collés après deux heures d’avion et un petit trip en taxi pour ne pas avoir à se taper 1 heure de métro, un changement, et marcher pendant trois plombes.

Le temps de poser le sac, papoter avec une jeune Suisse et nous voici à la recherche d’un resto… En face ? fermé, trop tard. Dans la rue perpendiculaire, fermé, trop tard aussi.

De toute façon, je dois retirer de l’argent à l’ATM juste en face. Nous sommes vendredi il est presque minuit, Barcleys Bank… Le distributeur déconne et je n’ai quasi pas de liquide sur moi… ça mouline. Pus ça me demande le montant à retirer, puis ça mouline encore… ça mouline tellement… ça mouline longtemps… Bravo le week-end en Italie ! Si je me retrouve sans carte un vendredi soir et que je dois repartir le dimanche après-midi… c’est tendu !

Je me vois déjà passer le week-end sans argent, heureusement l’auberge est déjà payée, ça m’évitera de dormir dehors… Que faire. « Nous ne pouvons pas procéder au retrait » ou un truc dans le style. La machine vient de se réveiller.

Rends-moi ma carte, connasse !

Ça mouline, toujours, encore et…

La carte sort enfin ! In n’est plus question que je la glisse de nouveau dans un distributeur italien ! Sympa, l’acclimatation !

Echouer dans le resto collé à l’auberge de jeunesse… Et s’enfiler un vrai bon plat de gnoccis aux quatre fromages. Miam !

L’auberge de jeunesse est bien différente de celles fréquentées jusqu’ici, au Liban, par exemple.

Point de jeunes à la dêche et amoureux de la nature. Point d’ambiance bonne franquette ou de petits dej à volonté. La cantine ressemble plutôt à un bar branché où l’on boit de coups extrêmement chers entre gens qui parlent anglais, le Mac ouvert sur la table, et la musique saturée.

Fuyons !

Par contre, les draps étaient changés et propres, les douches et toilettes hyper clean avec même des sèche-cheveux à disposition. A deux euros le café, pas question de petit déjeuner sur place.

A demain !

 

vendredi, 24 février 2012

Au chevet des Syriens

La croix rouge commence ENFIN (il serait temps, hein… ) à se demander si ça ne serait pas une bonne chose d’aller en Syrie pour soigner les éclopés et aider les gens… Après presque un an (oui, dans un mois) de guerre civile et de boucherie. Mieux vaut tard que jamais, me direz-vous. C’est vrai, mais encore faudrait-il qu’il reste des gens à soigner.

Je viens de regarder ce petit docu, en anglais, que tu DOIS, lecteur, mater tant c'est affligeant. Il y a une vraie catastrophe humanitaire et le soutien technique ne suffit plus. Il faut des genns sur place : des éecins mais aussi de la nourriture.

 

Oui, c'est le même film qu'hier mais c'est au cas où tu ne l'aurais pas vu...

La situation est de pire en pire, je vous laisse écouter ce que raconte Okhin, du groupe Telecomix qui se bouge à son niveau. Il explique la situation syrienne de l’Internet et comment ils aident les révolutionnaires à faire sortir des informations et images du pays.

A écouter ici.

jeudi, 23 février 2012

Témoignage depuis Homs

On parle pas mal de Syrie cette semaine... Oui, faudrait qu'on papote Italie aussi... Mais en attendant, un message de la courageuse journaliste du Figaro, actuellement coincée à Homs après le pilonage du centre de presse de la ville. Blessée au fémur, elle doit subir une opération chirurgicale impossile sur place

 

 

et pour ce faire nue idée de ce que ça donne à Homs, une autre vidéo. Désastre humanitaire : manque d'électricité mais aussi et surtout de nourriture, en témoigne la file s'attente assez impressionnante devant le seul dépot de pain de la zone.

mercredi, 22 février 2012

Syrie, la mort du peuple

La Syrie vote ce week-end. Enfin, vote. Façon de parler si on s’en tient au discours officiel.

Ils seront donc 14 000 000 à se déplacer… ah ben non, il faut décompter les morts. Moins 4000 selon l’ONU qui se sent aujourd’hui dépassée par le comptage, moins 6000 selon l’Unicef.

A ces 14 millions, il faut aussi retirer le nombre de réfugiés qui ne se rendront pas non plus aux urnes, ils seraient 15 000, tout pareil que les prisonniers 15 000 aussi. Soit moins 30 000 personnes.

A ce chiffre, qui n’arrête pas de baisser, il faut aussi retirer les éclopés qui ne se déplaceront pas pour aller voter, les habitants de Palmyre, ville dont les chars de Bachar ont pris possession, ceux d'Homs qui a été rasée en quelques jours.

Il faut aussi retirer le nombre des disparus, celui des gens enterrés sous les décombres de leur maison, ceux qui auront peur de sortir dans la rue pour aller voter, les médecins qui seront occupés à autrechose, les militaires qui seront occupés à tuer, les gens qui se déplaceront en risquant de se faire choper

En gros oui, la Syrie va se rendre aux urnes, mais puisqu’ils ne seront qu’une quinzaine à pouvoir se déplacer, le scrutin sera organisé à Damas, entre l’heure de la prière et l’heure du repas, pas besoin de beaucoup plus de temps, et les mesures d Assad et ses copains seront adoptées à l’unanimité.

C’est beau la démocratie sans peuple.

 
La mort du peuple - Mickey 3d par musiclivesat

mardi, 21 février 2012

Harcellement sexuel en Egypte

Iran Egypt Tweet.jpg... malheureusement, il continue.

Très bon reportage dans le dernier Envoyé Spécial, sur le harcèlement sexuel en Egypte dont je vous ai souvent parlé ici. On y retrouve, à travers le portrait corisé de plusieurs Egyptiens et Egyptiennes, à travers leur quotiien et leurs mésaventures, la réalité des rues du Caire.

Si tu cliques sur ce lien, tu accèdes au reportage que je te connseille vivement de regarder.

La situation n'irait donc pas en s'améliorant ? Je le crains... Et c'est valable aussi en politique, cela ne risquant pas de s'améliorer.

dimanche, 19 février 2012

La chanson du dimanche

PArdon, je suis désolée, mais c'est juste énormissime !

De la reprise Coréenne au grand potentien LoL

mercredi, 15 février 2012

Must read

livre.gifMercredi, c'est livre !

La semaine dernière, on a fini un Sepulveda.. Un de plus. Et comme d'hab, c'est dans la chronique littéraire !

Sete'ici

mardi, 14 février 2012

De l'espoir, bordel ! (en réponse @Okhin )

J’ai beaucoup aimé ce billet d’Okhin. (traduction en français ici), non seulement parce que ce garçon n’est pas bête, mais aussi et surtout parce qu’il est touchant. Vraiment. Je le kiffe bien mais… Oui, ce serait trop joli s’il n’y avait pas de mais… Je le kiffe bien, donc, je suis d’accord avec quasi tout, le seul problème pour moi est qu’Okhin oublie (un peu) la vie en collectivité.

Lire la suite