Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mercredi, 29 février 2012

Rémi Ochlik, un enfant de 1983

Parmi tous les morts en Syrie, ce qu’on ne compte plus parce qu’on n’y arrive pas, se trouve Rémi Ochlik, photographe français.

A peine quelques lignes, quelques brèves, une info rapidement donnée à la télévision pour parler de son décès et de celui de Marie Colvin, morte dans la même attaque de l’armée à Homs. D’après les dernières infos, ils auraient été repérés via leur téléphone satellite.

Pas de grande soirée pour Ochlik, comme cela avait été le cas sur France Télévision pour Gilles Jaquier. Pas de grands écarts diplomatiques non plus. Pourquoi ? Il y a donc deux poids deux mesures pour les journalistes de terrain ?

Un photographe est mort en Syrie, ça fait une brêve et on passe à autre chose.

Rémi Ochlik est né en 1983, la même année que moi.

A l’école, on avait les mêmes bouquins, avec La Liberté Guidant le Peuple pour illustrer le cours sur la révolution française. On a certainement fait les mêmes conneries au même âge, il a peut-être râlé en lisant quelques bouquins au programme, et je suis sûre que comme moi, il ne comprenait pas vraiment ce qu’il se passait quand le mur de Berlin est tombé… Nous étions trop jeunes. Sûre qu'il avait la même énergie la même foi en ce travail que nous faisons.

Il a peut-être, lui aussi, souri en voyant ces images de Basile Boli soulevant une coupe d’Europe, peut être emmené une fille voir Titanic quand on était ados, peut-être ouvert sa première boite mail sur caramail

Je ne l’ai pas connu, je ne l’a jamais croisé. Mais ce que je sais, c’est que Rémi Ochlik, ça aurait pu être un de mes potes à l’école, ça aurait pu être un de ces journalistes de passage dans les pays où j’ai vécu, et avec qui je bois des bières en parlant d’info, le soir sur une terrasse en plein air.

Ce que je sais, c’est que c’est un Français comme un autre, qui doit être rapatrié dans les mêmes conditions que Jaquier, qui doit faire l’objet des mêmes attentions, et surtout, que nous ne devons pas oublier.

Commentaires

En effet il ne faut surtout pas l'oublier ce môme. Sad.

Écrit par : pvigneul | mercredi, 29 février 2012

Parfaitement dit - et je me faisais la meme reflexion...

Écrit par : henry | mercredi, 29 février 2012

Les commentaires sont fermés.