Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mercredi, 18 janvier 2012

Simplement compliqué

piece.jpg

Dimanche dernier, je suis allée au théâtre avec une amie, voir Simplement compliqué, pièce mise en scène par le Berliner Ensemble.

Le texte, traduit sur un écran au dessus de la scène, est tout bonnement génial, totalement fou puisqu’il s’agit du quasi monologue d’un acteur de 82 ans dont le rôle de Richard III a totalement changé la vie.

En bien d’abord, puis en mal puisque le personnage, bien des années après, l’habite encore.

Il y a aussi ces blessures de jeunesse, cette femme partie trop tôt, ces villes à peine croisées et jamais visitées, cette couronne, toujours là dans sa chambre.

Et le temps qui passe, sur sa vie si vite, mais sur ses journées si lentement. Que faire lorsqu’on ne sort plus de chez soi depuis des années ? Lorsqu’on ne répond plus au x courriers ? Lorsque l’on n’a plus d’amis ?

Et puis parfois un feu d’artifice, une souris qui passe, un extrait de livre, un souvenir de la flûte enchantée, dans cette chambre glauque aux murs décrépis qu’il promet de repeindre depuis 20 ans.

Passe alors une petite fille, la seule personne humaine qui vient lui livrer du lait deux fois par semaine. Mais le vieux, acariâtre et triste, n’aime pas le lait, il aime juste la compagnie de cette petite fille.

Notons aussi, que la mise en scène est tout juste exceptionnelle. On joue là sur la folie, sur les silences, sur les sons et la lumière. Gert Voss habite le personnage et pas qu’à moitié.

Un très grand moment de théâtre, un dimanche après midi aux Abesses.

Les commentaires sont fermés.