Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mercredi, 12 octobre 2011

La sphère se regarde le trouduc

J’adore faire ce genre de titres !

J’adore aussi les bons marronniers qu’ils soient dans la presse ou sur les blogs. Ces temps-ci c’est le bon vieux rapport médias-twittos-blogueurs qui est à la mode.

Il revient comme une vague celui-là.


La direction du groupe Midilibre, par exemple, a décidé de virer beaucoup de gens. Les journalistes, eux, font grève.

La direction de l’AFP, c’est la Sarkozie, les journalistes, eux, s’opposent.

Twitter

Le blogueur, lui, (et il sait que je le kiffe, celui-là en particulier) mélange un peu tout.

« Mais cette nouvelle mode est surtout révélatrice de ce que deviennent les journalistes branchés 24h/24 sur les réseaux sociaux »

Non, mon Nico, c’est l’inverse. Comme le journaliste ne peut plus faire de terrain, faute de budget et surtout à cause du rythme que leur impose le web qu’ils squattent la toile.

Pace que oui, trouver de bons contacts, ça prend du temps, se déplacer ça prend du temps, voir plusieurs personnes, ça prend du temps, écrire son papier, ça prend du temps… et quand l’article sort, voilà bien longtemps que la toile l’a récupéré… et tu serais le premier, mon Nico, a critiquer le fail du gros retard de tel ou tel média qui publierait un bon papier…. Avec plusieurs heures de retard.

Il faut savoir ce que l’on veut, le caviar qui se mérite à force de patience, ou l’info web.

C’est vrai qu’en terme de pêche aux infos, notre Romain nous le rappelle bien, les sources passent aussi à twitter !... ou pas d’ailleurs, quand il s’agit de comptes plus ou moins officiels tenus par des communicants.

« Il faudrait une fois pour toutes sortir de cette ambiguïté et considérer que les profils d’élus sur les réseaux sociaux, sauf mention contraire ou cas particulier, ne sont pas des profils d’individus comme les autres. Ils servent une fonction politique et sont le résultat d’un travail d’équipe. »

Ok, au cas où on serait dupes…

Pour toi, pseudo scribouillard qui s'informe exclusivement par les réseaux sociaux, un petit cadeau de la part de Thomas qui a fait circuler ce slide sur comment travailelr à peu près bien sans bouger les fesses de ta chaise de bureau.

 

Les mêmes droits ?

Ce qui ne va pas nous aider, nous journalistes, c’est qu’aujourd’hui, via décision de la cour de cassation, le droit de la presse est étendu aux blogs. Entre ceux qui vont faire l’amalgame à qui il faudra expliquer de nouveau qu’un blog est un blog et qu’un media est un media… On n’est pas sortis.

Alors la différence entre blogueur politique et un reporter… J’en imagine déjà qui vont bomber le torse… surtout ceux dans les phases trois et quatre de la description de notre geek préféré. Très vrai, ce billet, d’ailleurs, je te le conseille…même s’il manque une fin malheureuse. Parce que oui, le blogueur a aussi le droit de se planter, d’abandonner… non ? De se mélanger les pinceaux entre sa vie et celle de son avatar ?

Commentaires

Beau billet, Ju.
oui, tout le monde a plus ou moins un avis, sur tout, sur rien, sur ce qui est vaguement perçu, interprété, prémâché. Des avis affirmés et c'est la caravane qui déroule et toute la smala de tout et de n'importe quoi qui suit.
Si l'internaute arrêtait déjà de se croire journaliste parce que chômeur arrimé aux réseaux sociaux, où militant absolu (bien que là, au moins, c'est clair), peut-être y verrions-nous plus clair.
Le problème également des journalistes, devant faire face à une sorte de "concurrence" dans la captation et la retranscription de l'information, et surtout du temps (que j'imagine réduit en peau de chagrin) qu'ils ont pour faire leur métier.

Écrit par : MHPA | mercredi, 12 octobre 2011

La sphère est souple ;o)

bon billet

Écrit par : lolobobo | mercredi, 12 octobre 2011

Merci pour la mention Julie ;)

Je maintiens ce que je dis dans ce billet. Prendre des infos sur le net et les réseaux sociaux est une chose que je trouve très positive. Cela permet, en effet, de combler le manque de moyens.

Mais ce que je critique dans mon billet est cette tendance à analyser l'opinion par le prisme du web, et plus particulièrement par le prisme de Twitter. Analyser l'opinion, offline ou online, est un métier. Être capable de dire "voilà ce que pensent les internautes de tel ou tel sujet" n'est en rien du journalisme. C'est un métier à part entière (que j'ai moi-même exercé pendant un an).

D'autre part, ce que je critique dans ce billet est que les journalistes utilisent ce moyen du "que pensent les internautes de tel sujet" pour traiter le-dit sujet de façon décalée, humoristique et surtout politisée. Le tout sans se mouiller ! C'est un peu trop facile à mon goût de se cacher derrière 4 ou 5 tweets pour faire passer un message. Si le journaliste ou le média veut dire quelque chose, qu'il le dise clairement dans un édito :-)

Écrit par : nobr | jeudi, 13 octobre 2011

Les commentaires sont fermés.