Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

vendredi, 07 octobre 2011

Mourir pour la France ???

Oui, faut pas croire, je bosse, mais je garde un orteil en France hein ! Il s’agit de mes impôts, mon grand !

C’est là qu’on est content de vieillir, quand même, on ne me demandera pas de prêter serment ni de faire quelques tours autour d’un drapeau en me tapant sur le ventre, encore moins de m’agenouiller et de que oui, je serai là pour défendre mon pays.

Auraient-ils peur de la jeunesse, nos politiques ?


Capture.JPG

Cette jeunesse qui a secoué le monde arabe, qui bouge en Espagne, en Grèce et se dit que ça sent de plus en plus mauvais en France. C’est clair que si t’es engagé et bien coincé, tu ne peux pas aller manifester avec les gueux qui ont faim ou soif de démocratie.

Pourtant ça peut être drôle. En Syrie, par exemple, ils ont hacké, l’eau sort couleur sang, celui de ces activistes qui tombent comme des mouches.

 

J’aime beaucoup ce qu’en dit Petit Louis « La guerre est un massacre de gens qui ne se connaissent pas, au profit de gens qui se connaissent mais ne se massacrent pas » Tellement vrai. Je vous conseille d’ailleurs tout son émouvant billet.

Mourir pour la patrie, quand on l’a choisi en devenant militaire est une chose. Subir l’oppression de cette patrie, quand on est jeune, con, et qu’on doit signer parce qu’il n’y a d’autre alternative… c’est quand même moyen. Manipulateur, pervers… se servir des mômes, les embrigader.

Pour avoir connu des révoltés, des révolutionnaires, des activistes des gens humains tout simplement, je me dis avec le recul qu’il y a de sacrées bonnes ambiances, et qu’à choisir, le  camp des pouilleux désarmés est quand même plus sympa parce qu’on y écoute de la meilleure musique.

Jeune, non. S’il y a une bonne raison pour descendre dans la rue, c’est bien celle-ci. Tu as un libre arbitre, et même si le champ des libertés se réduit petit à petit, tu as toujours le choix d’être d’un côté ou de l’autre. Et peu importe le camp que tu choisiras en cas de révolte, ce sera celui que tu porteras de tes idéaux, pas celui qui t’oppresse.

Mourir pour un état, un syndicat, des lois stupides, un service public, une assoss, peu importe et très con… Presque aussi con qu’un jeu des chaises musicales.

Mourir pour des idées ? 

Les commentaires sont fermés.