Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mercredi, 06 juillet 2011

Journaliste en Tunisie, Jour 1

Non, je ne trouve pas le temps de bloguer, et alors ?

_DSC1301.JPGLundi, c’était la grosse journée. La première dans Tunis en reportages.  Ce fut bien fatiguant mais quel plaisir d’enfin faire du terrain ! Rendez-vous au tribunal, le matin, pour le procès Ben Ali. Salle d’audience bondée, de quoi se faire un sauna à pas cher, journalistes, avocats, citoyens. Un homme gueule dans la salle. Il crie à la mascarade, au procès de pacotille.

Puis le juge arrive. Cette foule bruante se tait soudain. On n'entend plus que le crrépitement des appareils photo de quelques journalistes, debout sur les bancs de la salle d'audience.

 

ZabatrialJuge by juliegommes

 

_DSC1312.JPG

Les avocats de Ben Ali demandent le report de l’audience. Refus. Les avocats quittent la salle. Ce qui devait être un procès fleuve n’aura duré que quelques minutes. Les esprits s'échauffent, le jeune homme qui continue d'hurler à la mascarade est évacué par quelques policiers. La salle se vide peu à peu mais les débats se poursuivent de l'autre côté de la porte.

ZABATRIAL bordel by juliegommes

A l'intérieur, l'audience reprend. Le juge a présenté les charges, on nous a montré la drogue retrouvée dans le château de Carthage de ZABA. Il faut maintenant attendre le verdict, prévu en début de soirée, d’autres affaires sont traitées.

Sans moi

_DSC1334.JPGDirection le siège du parti communiste Tunisien à pied en traversant la médina avec une collègue journaliste allemande. En fait, c’était super loin mais j’ai pu découvrir le centre-ville de Tunis et la médina dans le même temps... accessoirement me taper un litre et demi de flotte sur le trajet.

Lorsque nous arrivons dans les locaux du parti d’Hammami, la salle est déjà bondée et les gens essaient de nous laisser passer « journalistes » entend-on autour de nous. Une grosse madame s’en va, me laissant sa chaise. Je m’installe à la bonne place pour faire quelques images.

On dégouline tous de sueur et, me penchant un peu pour attraper ma bouteille d’eau… J’ai pété la chaise en plastique !

Le temps de récupérer mon ordi pour livetwitter le verdict du procés (oui, Erwan, le journalisme augmenté, toussa), je retrouve le collègue de l’AFP et quelques JRI, dont un endormi sur un des bancs du tribunal. Ils sont restés depuis le matin dans cette salle d’audience où les gens fument leur cigarette, ça change de la France. Etrange, à vrai dire dans un lieu si "sacré" qu'une salle d'audience.

Alors nous attendons…

Quinze ans, six mois et 108 000 dinars, pour détention d’armes, de drogue, et de pièces anciennes d’une valeur inestimable. Les Tunisiens écrivent leur histoire au quotidien et ça commence ici.

Commentaires

Tu es au coeur de l'histoire qui se fait !

Écrit par : Romain / Variae | mercredi, 06 juillet 2011

"’ai pété la chaise en plastique !" Ah ah bon courage en tout cas, j'y ai pensé en voyant les photos à la grosse chaleur

Écrit par : dominique | mercredi, 06 juillet 2011

@Romain, oui c'est vrai que je suis gatée... être au Soudan pour l'annonce des résultats du référendum de séparation, la création d'un état qui remet en cause les frontières coloniales, la Syrie en pleine guerre civile, l'égypte pré et post révolutionnaire et maintenant la Tunisie en live qui vit ce qui sera dans les livres d'histoire de demain.
@Dominiquec'est le journalisme tout terrain !

Écrit par : Ju | mercredi, 06 juillet 2011

Les commentaires sont fermés.