Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

lundi, 06 juin 2011

Khaled Said, jeune homme Egyptien

Il y a un an, jour pour jour, Khaled Said, un jeune Egyptien se faisait arrêter à Alexandrie.

Roué de coups, torturé par la police, il décèdera des suites de ces mauvais traitements. C’est méconnaissable que son corps est rendu à sa famille. Les (horribles) photos sont d’ailleurs toujours disponible sur son profil Facebook.

blogillustre.JPG

Sur la page « Nous sommes tous des Khaled Said » le portrait du petit Syrien massacré, Hamza, est venu rejoindre celui de l’Egyptien dont la mort avait suscité son lot de manifestations dans les rues d’Alexandrie et dans celles du Caire. Je me souviens, aussi, d’une campagne sur les billets de banque. On trouve aussi le portrait de Mohamed Bouazizi qui, si mes souvenirs sont bons, ne s'et pas fait torturer par la police.

Cette campagne, pour faire parler de ce jeune homme et des violences policières en Egypte que dénoncent pas mal de blogueurs depuis quelques années, notamment Wael Abbas, le premier à avoir mis des vidéos de violences policières en Egypte sur Internet, est une des plus importantes qui se soient déroulées dans le Moyen Orient de l’avant révolutions. Elle a ouvert la porte à beaucoup d’autres. Qu’il s’agissent de celle d’Amnesty pour dénoncer les violences faites aux femmes sur Tahrir ou celles des Syriens qui pleurent leurs morts de plus en plus nombreux chaque jour.

C’est la première fois que je voyais une campagne en ligne, aussi. Les équipes Moubarak y allaient de leur touche rajoutant ça et là des kipas sur les têtes du jeune homme et ses amis et tentant de faire circuler ces photos en ligne mais cela ne trompait personne et les gens gardaient ce visage en tête.

L’occasion de me rappeler un mail de David qui avait vu circuler sur la toile les photos horribles d’un autre pauvre gars, maltraité quelques jours après par la police. On l’avait rencontré quelques jours avant. Le gus, un peu lourdingue, m’avait draguée et David l’avait remis à sa place. Puis j’ai ouvert ma boite mail. Les policiers lui avaient arraché une partie du cuir chevelu en plus de le tabasser.

Une scène ordinaire, dans une Egypte où la police avait les pleins pouvoirs.

Puis la révolution est passée par là.

Aujourd'hui, on met juste les blogueurs en prison quand ils écrivent ce qui ne plait pas à l’armée. Oui, c’est vrai, ça change.

Commentaires

Avec l'assassinat et la torture de ce gamin, je pense (j'espère) que les services syriens ont commis l'erreur de trop. Ce sont des images qu'on n'oublie pas ...

Écrit par : Romain / Variae | mardi, 07 juin 2011

Faut que je fasse un bilelt sur les caricatures de l'armée que les blogueurs égyptiens font circuler, c'est génialissime de talent et de liberté d'expression.
Pour la Syrie, oui @Romain. Tu as vu, j'imagine cette histoire de 12O policiers tués dans le nord... Je 'interroge : révolution, révolte, guerre civile... c'est quoi le mot à employer ?

Écrit par : Ju | mardi, 07 juin 2011

Les commentaires sont fermés.