Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

jeudi, 02 juin 2011

Quand une nation fait pression sur un peuple

La France d'aujourd'hui, contrairement à ce qu'on peut espérer, ne se bougera pas. Ils me font rêver, ces Espagnols. La jeunesse de France peut toucher le RSA au sortir de la fac, vit avec la sécu, la CAF.

Cette Génération Zapette  consomme,a du temps de cerveau libre pour du soda et au final, on n’est pas si malheureux parce que même lorsqu’on est censé ne rien avoir, on a.

Cette génération est molle, pourrie gâtée par des parents qui ont trimé toute leur vie pour leur offrir le peu de confort qu’ils ont. Il n’y a qu’à voir les réunions associatives, les mêmes personnes, souvent à la retraite, qui se bougent pour donner un peu de leur temps, de leur aide, un toit, etc. à d’autres dans le besoin.

Ca s'appellerait pas l'abrutissement ou l'aliénation des masses ?

Pourquoi cette génération remettrait-elle en question cette société ?

Ceux qui se bougent sont ceux qui n’ont rien à donner à manger à leurs gosses. Ceux qui se bougent sont ceux qui subissent l’oppression au quotidien. Ceux qui se bougent sont ceux qui tentent un dernier truc avant de crever. Pas se qui jouissent.

Cette génération est trop bien née pour être altruiste et pour remettre en question notre confort. Il n'y a qu'à prendre le métro pour s'en apercevoir. Personne ne se parle, chacun dans sa bulle, ne pas bouger quand quenqu'un se fait agresser, surtout s'en foutre et ne aps penser collectif.

Et ce n'est pas avec les lois qu'on nous pond que ça va changer. Plus le temps passe et plus les lois sont faites pour stigmatiser de toutes petites parties de la population, histoire de bien diviser, diviser encore, diviser toujours, claniser, tribaiser, séparer et créer tensions et jalousies. Ca n'aide pas à parler à ses voisins, encore mois à créer un mouvement collectif.

L’avenir ?

C’est une vision tout à fait personnelle. Je pense qu’on va glisser vers une société des classes (qui existe déjà) avec des inégalités encore plus importantes que ce qu’elles ne sont déjà. Des possédant mieux traités que des sachants qui ne voteront que pour se protéger et des faibles qui n’iront plus voter. A quoi bon cautionner un système dans lequel on ne se reconnaît plus puisque les élus ne sont pas du tout représentatifs de la réalité ? non, nous ne sommes pas tous vieux, issus de grandes écoles et hétéros. A quoi bon aller voter pour que rien ne change ?

J'ai pris une claque en lissant ce billet de Gabale. En plus de ne pas nous représenter, nos politiques pensent à leurs sieges, eux non plus ne montent rien de collectif, sauf peut être en période d'élection. Gabale y parle d'Europe, d'international, de faire d ela politique hors période d'élections, de créer, de vivre, de se centrer sur l'humain et non sur les postes.

Alors on s’endormira, doucement.

On laissera planer le doute sur nos enfants et nos petits enfants,

eux, iront jeter des cocktails Molotov dans ces rues grises

qui se ressembleront toutes.

Cette cogitation m'est revenue à l'esprit suite à la lecture du billet de Gabale, alors j'ai repris ce billet où j'en posais les premières pierres et je l'ai remis à jour.

 

MAJ du 15 juin, à la demande de Gilles le désormais célèbre troll, d'abord par mail puis en commentaire sous la note Modération, j'ai supprimé ses commentaires sous ce billet ainsi que les miens qui lui répondaient.

Les commentaires sont fermés.