Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

vendredi, 04 mars 2011

Bravo, la France

 

L’autre soir, j’étais en bouclage.

Quelques petites choses à gratter de dernière minute, A. Mag qui appelle pour se pencher sur le cas Béchir, quid du Darfour, tout ça…

Je retourne au salon où se trouvait ma coloc. A la télé (ou pinaise, ça fait combien de temps que je n’avais pas eu de télé à la maison ? deux ans ?), un crâne ancien, néo ministre à lunettes, le temps ayant fait son œuvre, le meilleur d’entre nous était devenu malvoyant.

 


Elle m’annonce : « Il parle des Egyptiens de Libye. La France va les aider à rentrer chez eux, ici en Egypte. »

Gné ?

Mais ça coûte des sous non ? Puis vu le nombre, ils ne seraient pas plus nombreux que les Français que l’on n’a pas rapatrié d’Egypte parce que ça coûtait trop cher ?

Je dis ça, je dis rien.

Tiens, ‘ailleurs, Réda est revenu en Egypte.

Réda, c’est un jeune étudiant, coloc d’un ami qui s’est retrouvé dans sa rue, quartier Garden City, pris entre deux bandes, les pro et les anti Moubarak, au plus fort de la guerre civile. Le pauvre garçon s’est pris un coup de machette sur la tête.

Pas de réaction de l’ambassade

Il a du se débrouiller tout seul pour aller dans un hôpital déjà surchargé de blessés Egyptiens. Et quand on connaît la qualité des hôpitaux ici… Des points et quelques minutes plus tard, il tente de nouveau de se faire rapatrier.

Non, lui dit-on. Débrouille toi, on ne fait pas ça chez nous.

Le Français est invité à rester chez lui, faire ses courses alimentaires le matin et surtout ne pas se joindre aux rassemblements, ne pas non plus prendre les taxis.

Et quand il a le cuir chevelu ouvert ? un trauma crânien ?

Faites vos courses alimentaires le matin et surtout ne rejoignez les rassemblements, ne prenez les taxis.

Réda a finalement réussi à se faire rapatrier grâce à l’assurance de sa carte bancaire, non sans avoir de preuve certifiée par un médecin, qu’il a aussi du aller voir tout seul dans son sale état.

Il a du se débrouiller tout seul, aussi, pour joindre l’aéroport alors que sur la route, pillards et check points d’officiers malhonnêtes se succédaient.

En même temps que Réda essayait de joindre l’aéroport, l’ambassade de France organisait un transport pour les fils et fille de… étudiants en sciences po. L’école payait leur retour en avion et l’ambassade s’est chargé de les convoyer. Mieux, l’ambassade de France a envoyé un Egyptien chercher les étudiants chez eux, les uns après les autres, en pleine révolte, pour qu’ils rejoignent l bus en sécurité. « Et mon copain, il peut venir avec nous ? » Il faut quoi ? « Normale Sup » Biensur, miss…

Et Réda, qui a demandé à faire partie du même minibus de sauvetage escorté ?

Non, désolé

Faites vos courses alimentaires le matin et surtout ne rejoignez les rassemblements, ne prenez les taxis.

Morale de l’histoire, la république ne vient pas en aide à ses enfants. Sauf si ses enfants sont bien nés. Dans l’indifférence la plus totale, un jeune aurait pu crever. Un jeune passé par les mêmes écoles et qui aura regardé les mêmes conneries à la télé que ces autres, qui ont la chance d’avoir la bonne couleur ou particule.

Les commentaires sont fermés.