Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mercredi, 02 février 2011

Chez moi

« Ca y est, t’arrives à Paris, tu rentres à la maison ! »

Hein ? Ben non, c’est pas Paris, ma maison. Puis je fais transit, c’est tout les loulous, faut pas vous enflammer.

« Non, mais tu rentres en France, quoi… »

Oui, je rentre en France, pas chez moi.

J’ai mis super longtemps à assimiler que chez moi, ce n’était pas ma petite maison au Laos, que chez moi ce n’était plus mon jardin, mon manguier, mes voisins. Je l’ai gardé longtemps, ce tic. Il m’a fallu du temps aussi pour m’approprier le Caire, ses buildings, ses rues qui ressemblent à des autoroutes, ses bruits, ses insultes dans la rue.

Le bateau, le bois, le BBQ réanimé par Stan, les lignes de basse d’Ahmed juste en dessous de ma chambre.

Chez moi

Ouais.

C’est bizarre comme des gros événements, ça peut tous vous remuer. Vous faire cogiter. Chez moi, c’est là où je m sens bien, là où j’ai construit mon petit univers.

Chez moi, il y a un chat qui fait des vols planés à chaque fois qu’il m’embête, il y a du chocolat en poudre planqué dans un placard de la cuisine, des dessins accrochés au mur parce que j’ai reçu un couchsurfeur génialissime.

Chez moi, il y a du faux bois sur les purs, on s’en fout, c’est pour le style, un vieux disque de Marvin Gaye qu’on déplace parce qu’on sai jamais où le mettre, des tableau de ma mamie, le four offert par Latifa, mon étudiante, du thé du Laos sur le frigo.

Chez moi, il y a du linge crado à laver sous le lit, des musiques qui viennent de chez Charles, des saletés qui traient dans le jardin, des rires, des momments de vie avec des potes.

Chez moi, c'est là où on a eu le gaz coupé le soi du réveillon de noël alors que tout le monde arrivait dans 30 minutes et que mon gateau était liquide.

Chez moi, il y a mon coloc, je m’étais juré en partant de lui tirer les oreilles s’il me descendait mes stocks de pâtes et de sucre. J’avais la réputation de faire des stocks pour quand il y aurait la guerre. Je me dis aujourd’hui que c’est cool, ils ont eu à manger sur le bateau.

Chez moi, c’est plein de poussière et de sable et même que quand tu marches, ça fait des traces toute propres sur le sol, La douche a été réparée avec un morceau de canette de bière et je suis sûre que si nous avons tant d’araignées, c’est à cause de l’humidité.

Chez moi, c’est là où les clés qui sont dans mon sac arrivent à ouvrir la porte

Chez moi, il y a un lit sur un balcon sur une rivière où j’ai fait de l’aviron. Quand il fait trop chaud, vu qu’on n’a ni clim ni ventilo, on se bat pour y passer la nuit, les amis s’y écrasent après une soirée.

Dans mon quartier, il y a des gars qui me font goûter des gâteaux maison, un vieux qui croit que je lis l’arabe classique et me fout des journaux sous le nez, il y a des rires accrochés aux rideaux, des coups de pied qui se sont perdus contre des murs, des prises qui tombent et que non, je suis sûre que je ne prendrais le jus.

Chez moi, il y a des photos sur les murs de ma chambre, une armoire qui tient pas droit, des photos au mur.

Chez moi, c’est là où il y a ma vie et j’y retournerai un jour.

Bientôt

Chez moi, c’est là où je me sens bien, loin des buildings, des routes énormes et du bruit. Enroulée sur moi même dans ce cocon que j’ai construit rire après rire, gâteau après gateau, bière après bière, quelque part sur un bateau.

Commentaires

ce soir rivé devant la télé on pleure d'impuissance ,si loin de la place el tahrir ;on ne peut pas les rejoindre nos amis qui se font massacrés par les pro moubarak sous l'oeil de l'armée qui regarde !
l'ambassade de france nulle de chez nul (pas les salariés,mais l'ambassadeur )qui ne s'occupe que de maadi et encore !
pense a nous qui reffusons de quitter le navire !

Écrit par : josianej | mercredi, 02 février 2011

Julie,
Ce n'est pas te Rêve Olution.
Tu n'étais pas là, au début. Tu étais au Soudan, ils l'ont fait, différemment. Etonnant, comme dirait l'Incertain...
Rentres, tu ne sauveras personne là-bas.
Rentres et tu y retourneras.
En 1974, "Révolution des oeillets", Portugal, mon Rédac Chef m'avait dit : "t'as pas assez des Viticulteurs, ici ?".
Comme jeune photographe de presse, à l'époque, j'avais conclu que si !

Écrit par : Arles | mercredi, 02 février 2011

Salut ma Ju ! ton texte me fait monter les larmes.... On pense fort à toi. Gros bisous très gros bisous

Écrit par : marylise | jeudi, 03 février 2011

Émouvant.

Mais bientôt ce chez toi ne le sera plus..

Take Caire

Écrit par : artgoutlong | vendredi, 04 février 2011

@artgoutlong oui mais je construierai alors un futur chez moi ailleurs

Écrit par : Ju | mercredi, 09 février 2011

Les commentaires sont fermés.