Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

samedi, 11 décembre 2010

de la liberté, par Descartes

Je viens de terminer un bon pavé de Descartes sur la liberté, la quatrième partie des méditations métaphysiques.

Quelques semaines après le super texte de la Boétie dont je vous ai parlé et dont je ne retrouve pas le lien, je reviens vous parler de la liberté mais version Descartes.


Je suis plutôt d'accord avec lui. Dans ma vision du monde, on a effectivement toujours le choix

« nous pouvons faire une chose ou ne pas la faire (c'est à dire affirmer ou nier, poursuivre ou fuir), (...) nous agissons en telle sorte que nous ne sentons point qu'aucune force extérieure y contraigne ».

La liberté s'exprime au quotidien. Dans une lettre adressée au père Mesland :

« L'indifférence me semble signifier proprement cet état dans lequel la volonté se trouve, lorsqu'elle n'est point portée par la connaissance, du vrai et du bien, à suivre un partie plutôt qu'un autre ; et c'est en ce sens que j l'ai prise. Quand j'ai écrit que le plus bas degré de la liberté consistait à nous déterminer aux choses auxquelles nous sommes indifférents. »

Là où je ne suis pas d'accord, et cela résulte peut être du fait que ce texte date du milieu du XVIIe siècle, c'est sur l'incapacité, tout en étant libre, à décider par nous-mêmes puisque les résultats de ces choix nous seraient imposés :

« choisir le vrai et le bien, que je ne crée pas mais qui s'imposent à moi, et s'y soumettre, tel est le « bon usage » de la liberté. »

Vous avez compris pourquoi ça coince ?

J'ai fait quelques recherches et effectivement, dans le Traité des passions écrit en 1649, article 153, user de cette liberté est suivre la volonté de Dieu puisque c'est Dieu lui-même qui crée les choix. Je ne suis donc pas tout à fait d'accord sur le fond, puisque athée, mais plutôt séduite par le fait que oui, la liberté s'applique aussi dans les petites choses du quotidien.

 

Les commentaires sont fermés.