Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

vendredi, 10 septembre 2010

Femmes à Visa

 Back to Visa pour l'Image à Perpignan.

On parle de femmes aujourd'hui, pas de féminisme.

Les femmes en Inde avec la très sobre expo de Walter Astrada. Titre évocateur « violences à l'encontre des femmes en Inde ».

Là, je me suis dit « encore ! » encore des scènes de violence, encore des mutilations, encore... et bien non !

Au contraire. Il faut lire les légendes pour comprendre la rudesse de cette société, s'intéresser aux regards, c'est tout un portrait de la société qu'il dresse avec justesse et c'est de cette société que vient la violence : à travers la tristesse à la naissance d'un enfant de sexe féminin, tristesse que l'enfant portera toute sa vie, à travers les dots des mariages non voulus, à travers les avortements quasi obligatoires lorsqu'une femme enceinte sait qu'elle porte une fille.

Alors non, pas encore l'horreur, bien au contraire. De très belles photos. Mais l'horreur psychologique et sociétale que l'on fait vivre au quotidien aux femmes en Inde comme dans pas mal de pays encore autour de nous.

 Dans les rues de l'Amérique d'aujourd'hui, la violence subie par ces femmes est toute autre.

Andrea Star Reese a fait un travail merveilleux auprès de sans abris.

Des hommes, des femmes, dont on devine l'histoire au fil de ces photos qui nous parlent de leur présent. On y parle d'expulsions, de squatts, de femmes battues ou enceintes, parfois les deux, de résistance au monde qui nous entoure, à la vie, aux gens... de résistance au quotidien puisqu'il faut parfois avancer dans le froid, sans manger... vivre simplement.

Et ces photos sont belles.

Comme quoi, la rue peut être poétique parfois... ou pas.

Des vies, dans leurs yeux, dans leur déco de fortune... un travail de longue durée our se faire accepter et pouvoir travailler sans être misérabiliste, sans trop en faire, sans non plus les prendre de haut. Nous rappeler qu'ils sont humains, qu'elles sont humaines, qu'ils ont tout perdu et que personne n'est à l'abri.

Les deux expos sont visibles au couvent des minimes pendant encore quelques jours... pprécipitez vous !

Les commentaires sont fermés.