Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

dimanche, 25 juillet 2010

Gringo star !

Pendant que mon coloc suédois fait la vaisselle il faut bien qu'il serve à quelque chose

je me lance donc dans une nouvelle série en deux épisodes

(oui, oui, on a le même budget qu'Inception depuis qu'on a dépassé les 60000 lecteurs)

baptisée « Thé(s) ou café(s) ? »

Là, on sent tout de suite le sujet à suspense...


Bonjour lecteur, oui tu l'as compris, ce billet s'inscrit dans les grandes sagas de l'été aux sujet de plus en plus palpitant. Les fameux « Mais que trouve-t-on dans ma bibliothèque ? » « Mais qu'y a-t-il dans mon MP3 ? » ou encore la série la plus osée « Mais que lire cet été ? »

On remarquera ici que le blogueur en manque d'inspiration commence toujours ses sujets marronniers par l'inconditionnel « mais ».

Oui, lecteur, je sais, tu attends le fameux billet sur le communautarisme promis il y a quelques jours... tu l'auras !

D'abord, un café !

Mais lequel ? (et hop ! résurgence du « mais » que t'as pas vu arriver, héhé ! t'es bête !)

Il n'y a pas un café, du café mais des cafés.

Non, ce billet n'est pas sponsorisé par Gringo, le Géant vert ou un de leurs amis nain qui court avec des clés à la main. Private Joke inside, le nain se reconnaîtra.

PB300143.JPGPour moi, le café, c'est avant tout un moment, un lieu, un échange.

Non, ce n'est pas non plus Georges et ses capsulent qui ont acheté un encart.

Le café, c'est le Laossien (et pas laotien, qu'on se le dise !) avec le lait concentré sucré au fond.

Mes copines ne comprenaient pas que je le mange tel quel, à la cuillère. C'est celui qui mijotait toute la journée dans une chaussette géante. Le premier du matin était tellement épais qu'on aurait pu y faire tenir une cuillère toute droite ! C'était les instants papotage et apprentissage de mots avec les petites madames du marché.

C'est le trek dans le sud aussi. Les gens chaleureux. Les grains de café qui sèchent à même le sol.

Le café, au Vietnam, correspond au rythme de vie local. Il es tout doux, tout lent. On vous apporte la tasse avec au dessus une mini-cafetière de poche qui le laisse passer, goît à goûte. J'en ai acheté deux sur un marché de Saigon (quart d'heure Bernard Lavilliers) alors que je découvrais la ville en compagnie d'une sympathique jeune couchsurfeuse.

Ce sont ces moment passés aussi avec Florent, mon grand pote de là bas, à discuter de tellement de choses, un vrai coup de cœur amical. Et à chaque fois, il fallait attendre, laisser le temps faire son œuvre... Et prendre du bon temps en attendant.

Le café ici, en Egypte, c'est du Mazbout, de alriha avec moins de scre, du Souda, du Ziéda qui est lui bien sucré. C'est du café à la turque, ni plus ni moins. J'ai acheté dans les rues d'Imbaba un petit objet pour en faire. C'est un gars de la fac qui m'a appris, le serveur du café. On met le café, le sucre, de l'eau, on mélange et hop ! direct sur le feu !

Là, on laisse le tout bouillir. Une fois que les bulles apparaissent, servez tel quel dans la tasse !

Et oui, il faut là aussi attendre que le marc descende tout en bas ! il n'y a finalement que la première moitié de la tasse qui se boit. Celui là, c'est le café des petits bars que l'on prends dans imbaba en jouant au Taoula, on le laisse de côté tant on est pris dans la partie. Puis on y revient, il es toujours chaud.

 

cafe.JPG

 

 

Depuis quelques jours, est entré à la maison un appareil curieux... une cafetière italienne ! J'achète depuis déjà quelques mois mon café en grains du côté de dokki (oui, je sais, Hringo, tout ça...) que je mous au petit matin... succulent. Du yéménite, de l'Africain, du Colombien.

Et si ça commençait par là, aussi, l'échange culturel ?

 

Commentaires

Un café s'il vous plaît !

Écrit par : artgoutlong | lundi, 26 juillet 2010

Les commentaires sont fermés.