Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

samedi, 27 mars 2010

six mois en Egypte (partie 2)

Fini, j'arrête de comparer avec le Laos !

Comme je vous le disais, je suis dans deux univers tout à fait différents.

Là bas, j'étais 100% dans la culture.

Ici, j'ai vécu avec Bénédicte, une française super sympa à Dokki, un quartier un peu à l'extérieur de la ville, Puis Oriol, Espagnol, et sa chérie américaine à Dokki, un quartier bien bruyant mais tellement sympa... et e voici à Embaba sur une péniche avec Nancy, une Egypto-Américano-Syrienne qui a pris la place de Max, un compositeur américain totalement déjanté.

Ouf !

En six mois, j'ai déjà l'impression d'avoir eu plusieurs vies ici.

Je développe ?

Ok !

Le métro, déjà !

J'en ai écrit des tartines depuis que je suis là. C'est un vrai lieu de vie où on trouve toute la vie locale, le bruit, les bousculades, les frustrations, les jeunes filles minces et vêtue de mille couleurs, les madames malheureuses et mariées, gavées de foul, les étudiants, les bonhomme qui te jettent des regards pires que dans la rue...

J'y ai passé du temps de vie, et tant pis s'il ne va pas à Coca Cola.

Aujourd'hui encore, c'est un formidable lieu d'observation de la vie locale et je ne m'en lasse pas.

Il faut dire qu'au départ, vue que j'étais assez loin de tout, c'était plutôt métro, boulot, métro, dodo... et c'était déjà pas mal !

Dokki m'a permis de mieux vivre, plus près du centre, du boulot, à un point idéal entre la fac et mon bureau de Mounira. C'était aussi une première en terme de colloc multinationale : une Américaine, un Espagnol et une Française sont dans un appart... Bon, je vous rassure, personne ne tombe à l'eau.

On bouffe de la Tortilla, on cuit des aubergines et on boit du café au lait.

C'est aussi là que j'apprends que je suis « Soooooooooo French ! » Quoi ? Oui, je me balade avec mon appareil à fondu et alors ? On était en plein dans l'échange culturel et c'est génial... Même si je commençais à me dire que l'immersion, ce n'était pas trop ça... J'ai appris énormément de cet Espagnol qui parlait anglais et de cette américaine hispanophone... et que de moments drôles !

De moins drôles aussi lorsqu'un de leur amis a été enlevé par la police...

La période Dokki, c'est aussi la période des premières sorties Cairottes, point trop de folie non plus... des amitiés qui se créent...

Puis le bateau... une maison de fous ! tous différents les uns des autres, nous vivons tous dans une sorte de communauté entre le Nil, le jardin et autour de cette machine à laver commune. Il est finalement de coutume de passer par le balcon pour aller chez le voisin et on en rigole bien. L'accent américain sonne mieux que l'anglais à mon goût... T'as besoin d'une passoire ? elle apparaît par surprise depuis le rez de chaussée... Où est mon plat à gâteau ? l'appart d'à côté bien entendu !

Et tout se passe dans cette ambiance plutôt rigolote et au lieu d'un appart en colloc, j'ai hérité d'un vrai lieu de vie collectif et coopératif... Des fois je trouve de la soupe ou de la salade au frigo... cadeau des anglaises qui vivent à côté...

En gros c'est génial ! Et silencieux... quelle joie ! Pourtant la route qui passe juste au dessus de chez moi, en France, on appelle ça une autoroute !

Rires. Et tout ça dans une ambiance où, finalement, je commence de nouveaux chantiers, j'écris de nouvelles pages... Un lieu d'inspiration, peut-être ?  Mon premier colloc là bas, était compositeur de musiques de films et de musique classique. Le lieu inspirerait-il les créatifs ? Bon, Max était juste sur une autre planète... retour en Egypte un peu brutal quand on s'est retrouvés avec les services secrets à la maison... Puis Nancy a débarqué. Faudra que je vous en parle un de ces jours...

A nouveau lieu, nouveaux amis aussi...

Ça, promis, on en reparle !

Les commentaires sont fermés.