Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

jeudi, 02 septembre 2010

Les profs...

J'avais initialement publié ce billet le 25 mars, je vous le replace en "lousedé"... non que je manque de billets mais il est pas mal d'actualité. Bonne rentrée  tous !

Il y a des jours, je me dis que les profs qu'on avait au collège ou au lycée étaient parfois des petits couillons de moins de trente ans, comme nous aujourd'hui... en fait.

Ils étaient grands, cultivés, plus ou moins chiants ou rigolos, ils nous faisaient kiffer l'histoire ou la science... ou pas !

Certains étaient des jeunes profs... mais pour nous, c'était juste des vieux.

Alors que non !

Tout s'est éclairé ce matin et j'ai compris !

C'était des d'jeun's cons qui donnaient bien le change.

Tout comme nous ! Une fois à la maison, poum la valisette au sol, et c'est parti pour une deuxième vie ! wisky, rhum ou demi. « Caouettes », fête... oh, que c'est dur le matin !

C'est la qu'on comprend les interros surprise, la lenteur les jours de gueule de bois, les « bon, allez, si ça se passe bien, on finit un quart d'heure plus tôt », les interros surprise toujours et encore... les jours brouillons, les moments d'improvisation.

Ben c'est con mais avec le recul, on se sent plus indulgent.

C'était des d'jeun's cons qu'avaient des responsabilités de malade.

Qui devaient en flipper parfois,

Qui avaient des comptes à rendre

Qui corrigeaient des copies à la va-vite avant de sortir ou la tête ailleurs au moment du café le matin.

Parfois z'avaient juste envie de rester au lit et ils se retrouvaient devant trente boutonneux aux coiffures plus ou moins ridicules.

Parfois, z'avaient envie de faire des câlins mais le cours de demain n'était pas préparé, choix crucial entre le boulot sérieux ou l'interro surprise.

Parfois, z'avaient cru rencontrer l'amour de leur vie et non, on n'était pas puni si on faisait les imbéciles, ou si on bavardait.

C'était des d'jeun's cons de gauche ou de droite mais avec des idées sur la vie, qui débattaient jusqu'à pas d'heure et regardaient leur montre en se disant qu'à 6h le réveil sonne... ouais, ça sera interro surprise, en fait.

Et quand deux d'entre eux se croisaient... « tu fais quoi la semaine prochaine ? »

Hilarité générale, puisque ce sont « encore » les vacances qui approchent.

C'était des d'jeun's cons, ils en profitaient bien, et ils avaient raison.

Raison parce que les boutonneux ne sont plus les mêmes qu'il y a vingt ans et qu'ils ne sont pas formés à ça, pas préparés...

Parce que c'était juste des d'jeun's pas si cons qu'on lu des bouquins et tout bien appris pour réussir un concours...

Parce qu'ils étaient trop d'jeun's justement, pour en avoir, des petits boutonneux, et savoir comment ça fonctionne.

Parce que t'en as d'autres qui les envoient au charbon, comme s'il s'agissait de les punir pour quand ils foutaient le bordel en cours il y a quelques années...

Raison de plus pour qu'ils en profitent.

J'ai mis du temps, mais j'ai finalement du respect pour eux,

Du respect et plein d'admiration...

Après tout, c'était des d'jeun's cons qui ne pouvaient plus faire marche arrière, callés à vie entre un tableau noir, une fenêtre et face au mépris des parents, à l'incompréhension générale, et à des plus d'jerun's et plus cons à qui il faudra donner envie de débattre jusqu'à pas d'heure, de lire, de comprendre et surtout d'écouter tout ce petit monde qui grouille autour d'eux avec recul et humilité.

 

PS : j'ai hésité à vous le balancer ici parce que je l'avais déjà balancé ailleurs... mais bon... c'est pas tout le monde qui a le temps de s'éparpiller.... alors ce petit texte se trouve aussi Sete'ici

Commentaires

Je crois que c'est une note à envoyer à tous les anti-profs primaires.
Très joli texte.
Bravo Julie!
Nico, jeune prof d'histoire frêchiste.
Je sais, je cumule..lol

Écrit par : Nico de l'espace eurosud | dimanche, 28 mars 2010

Merci mon Poitou !!! Ca va, toi ?

Écrit par : Ju | dimanche, 28 mars 2010

Belle tentative d'explication du pourquoi des interro surprises.

C'est vrai que quand on est assis derrière nos bureaux d'écoliers, on imagine des adultes vieux sans vie, dévoués à l'institution. Ou plutôt on leur imagine pas une vie autre que sérieuse, vouée à l'étude.
Plus tard quand on connaît la vie, on peut comprendre en effet leurs difficultés à tout gérer, et saisir mieux avec le recul qu'ils sont comme tout le monde finalement.

Une honte de les envoyer au casse-pipe sans préparation de nos jours !! La plupart ne savent même pas ce qu'est une classe avant d'exercer et sont lâchés dans la nature -souvent hostile- constituée de nos chères têtes blondes et brunes comme des Chrétiens en pâture aux lions.
C'est vrai qu'on (que je) a pu être cons en classe !! Ton billet me fait prendre conscience un peu plus du temps gâché par les élèves en difficulté qui ne savent pas leur chance et le désarroi causé à leurs professeurs déçus par les attentes non assouvies..

Écrit par : artgoutlong | jeudi, 02 septembre 2010

puis faut arreter de leur demander la lune !!!
dans un autre registre, faut aussi arreter de se plaindre pour les trajets, etc... plein de gens le font dans le privé avec des horaires beaucoup plus importantes.
c'est des gens normaux qui peuvent bosser comme tout le monde et des gens normaux qui ont aussi des faiblesses.

Écrit par : ju | vendredi, 03 septembre 2010

Les commentaires sont fermés.