Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

jeudi, 18 février 2010

Charmouta !

 

C'est un peu le mot à la mode ici...

Alors qu'en France on débat sur le voile, sur le string à l'école, sur les différences de salaire et tout le blabla, je me rends compte qu'ici, en Egypte, c'est bien plus facile.

Charmouta ! c'est un peu le mot à la mode, et de plus en plus, le mot passe-partout, le mot qui fait du bien par où ça passe... le mot universel.

C'est ça.

En fait, Charmouta, c'est omniscient.

 C'est le premier mot qu'on entend en arrivant en Egypte. Celui que crient les enfants dans la rue en te voyant en te faisant signe de coucou... et juste avant de te balancer leur ballon de foot dans le dos.

On dirait qu'ils apprennent à parler avec ça.

Charmouta, c'est aussi ce que disent les hommes sur ton passage en ville ou quand ils se prennent en photo avec toi dans le métro.

Ca sonne comme une assiette de bouffe, un plat traditionnel... un nom de bateau...

Charmouta, on l'entend tous les jours, comme plein d'autres mots qu'on comprend pas, comme le fameux « wilcoum in Igypt, maye frrriend ! » suivi du « givvv mi filouzzzz ».

Ca fait partie du paysage, comme le soleil, les trottoirs hauts, les trous partout, les taxis, les nuages de pollution, le bruit... on finit par s'y habituer.

On s'habitue à tout, au final, quand on voyage.

Puis on apprend à parler, peu à peu, un mot par ci, un mot par là... on arrive à se faire comprendre et on comprend quand on daigne écouter.

Charmouta, c'est valable pour ma voisine parce qu'elle vit avec deux gars, valable pour mon autre voisine parce qu'elle ne veut pas payer un mois de loyer vue qu'elle quitte l'appart le 5, valable pour cette gamine qui attend le bateau avec son voile qui tombe à moitié, valable pour ma copine qui se coiffe sur le balcon, valable pour la chauve-souris, tout de noir vêtue, juste parce qu'elle marche seule dans la rue...

Ici, ils ont résolu le, problème de l'égalité... toutes pareilles face aux gars, toutes des charmoutas !

...

Même môa !

Sisi, l'autre soir.

Alors que je me rendais à une soirée ferrero sans ferreros (ah, ce n'est plus ce que c'était !) et retrouvais un ami sur un quai non loin de l'ambassade, il me fallait traverser la route en robe de soirée pour aller rejoindre le dit jeune homme sur le trottoir d'en face....

La cohue des voitures, les bus qui passent, les pots d'échappement qui t'en fichent plein le pif... et le « charmouta » de rigueur, bien entendu quand on s'y attend le moins.

Il n'a pas été sourd, l'automobiliste, pace que moi aussi, j'en connais, des insultes.

C'est même un peu les premiers mots que t'apprends, à force de les entendre dans la rue.

C'est quand même bizare..

On croit qu'on y est habituée... ben non. C'est une autre constante de l'Egypte.

Si les femmes sont toutes égales, c'est parce qu'elles seraient toutes des putes...

Ben non... je préfère encore les écarts de salaire pour le même boulot et le débat sur le string à l'école.

 

Commentaires

Bon, juste pour confirmer le témoignage de Julie. Je suis le jeune homme sus-cité, et par la même témoin de cette évènement qui fait parti du quotidien des femmes "libérées" dans ce pays. Je tiens à dire que l'inégalité hommes-femmes en Egypte reste, comme dans l'écrasante majorité du globe, le point le plus noir dans cette culture aux multiples facettes, souvent blanche ou noir mais rarement grise

Écrit par : le jeune homme | jeudi, 18 février 2010

@ le jeune... "ne la laisse pas tomber, elle..."

Écrit par : Ju | vendredi, 19 février 2010

Les commentaires sont fermés.