Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

lundi, 02 novembre 2009

métro, c'est trop

Le métro du Caire, c’est kiffant au possible !

La construction de la troisième ligne prend un retard monstre parce que les constructeurs français vont de découvertes en découvertes et les travaux prennent un retard monstre.

Après un mois ici, je me dis que c’est finalement le lieux où je me sens le mieux au Caire. Une sorte de petite bulle sociologique, parfois douce et parfois folle qui m’entraîne de surprises en surprises chaque matin. J’y écoute Bright Eyes en ce moment, ce qui adoucit quelque peu la folie matinale qu’on y trouve.


podcast

J’habite un appart sympathique d’Agouza, situé à quelques 15 minutes de marche de la station de métro Dokki. Sur la route, c’est plus Nirvana ou Noir Des’ qui m’accompagnent… j’en ai un peu assez des brimades matinales même si, mis à part le traditionnel « Hechta, » je ne comprends rien… et c’est pas plus mal.

J’ai arrêté de m’habiller comme un sac, long et large, parce qu’au final, ça ne change rien !… et je me dis que si j’étais vieille, grosse et moche, ça serait tout pareil ! Je souhaitais respecter les gens, leur culture, mais au final, une blanche, c’est un film porno sur pattes… même avec des fringues difformes !

Le métro du Caire, c’est juste quelques minutes tous les matins : Dokki-Opéra-Sadat… et sous la place Tahrir, à l’heure de pointe, c’est constamment la lutte !

Suffit juste de se laisser flotter ! Les bonnes femmes se poussent de tous les côtés et tout le monde veut descendre et monter en même temps dans la plus grande désorganisation où le seul exploit réside dans le fait de ne pas passer le pied entre le quai et la rame !

Ensuite, c’est Sadat-Sayeda Zoggloud. Une seule station mais j’attends parfois qu’un, voire deux, métros passent pour pouvoir monter dans une rame, foule oblige.


podcast

Le temps semble ne pas vouloir s’arrêter dans ses moments là mais restent les yeux, les oreilles, le cœur qui tournent et retournent, font leur boulot d’empathique éponges qui bouffent la vie qui m’entoure.

J'en profite pour m'excuser au passage des titres de ces derniers jours... je pourrais presque préparer un concours !

Les commentaires sont fermés.